samedi 10 septembre 2016

Afrique du Sud, terre de vins blancs

Je ne vous ai pas beaucoup parlé des vins d’Afrique du Sud sur ce blogue mais ceci n‘est pas du tout un signe de manque d’intérêt. Oui, je reconnais être un amateur de vins de l’ancien monde, vous l’avez sûrement remarqué. Par contre, j’apprécie de plus en plus ceux du nouveau monde et ce, pour deux raisons. D’une part, leur qualité a beaucoup progressé dans les dernières années. Ensuite la SAQ nous offre désormais un choix nettement plus intéressant et varié. Il y a quelque temps celui-ci se limitait aux plus gros producteurs, ce qui permettait quand même de profiter de quelques belles cuvées offrant un très bon rapport qualité-prix. Un bel exemple en provenance d’Afrique du Sud, ce sont les vins de Robertson Winery. Mais il vaut la peine de s’intéresser aussi à de plus petits vignobles sud-africains et voici deux vins blancs qui vont vous le prouver (notez qu’il y a également de bons rouges dans ce pays, nous y reviendrons dans de prochains articles).

Le premier est d’abord apparu au Québec comme vin d’importation privée. Son succès a attiré l’attention et il est sur les tablettes des succursales SAQ depuis août dernier. Je l’ai remarqué car plusieurs critiques se sont empressés de chanter ses louanges, j’en ai donc acheté une bouteille et j’ai été ébloui par la belle qualité de cette cuvée à moins de 15 $. The Curator White Blend, c’est une cuvée de négoce (les raisins sont achetés d’autres viticulteurs et non récoltés sur place) du Domaine A.A. Badenhost Family Wines, situé dans la région du Swartland. C’est un assemblage de chenin blanc, chardonnay et viognier et cela donne un très beau vin avec une belle texture en bouche, un petit côté floral et en même temps de belles notes fruitées. Un très beau blanc d’apéro qui a également fort bien accompagné des sushis.

La maison Bouchard Finlayson a été fondée en 1989 par un vigneron bien connu de Bourgogne, Paul Bouchard, et un talent local, Peter Finlayson. Ils exploitent un domaine de 22 hectares de vignes. Leur cuvée Bouchard Finlayson Chardonnay Sans Barrique Overberg est un très beau vin blanc dont le nom est plutôt explicite. On déguste donc un vin blanc de chardonnay provenant d’une parcelle située  dans la région d’Overberg et élevé en cuve, sans utilisation de bois. Le résultat est un vin blanc élégant et frais, avec des saveurs d’agrumes et un beau côté minéral. Le genre de blanc taillé sur mesure pour accompagner les fruits de mer. Un profil très chablisien, nous dit très justement Nadia Fournier, serait-ce un indice que ces caractéristiques  sont liées au travail du vigneron plutôt qu’au sous-sol si particulier de cette célèbre région bourguignonne?

À la bonne vôtre !

Alain P.

Fiche du A.A.Badenhorst The Curator sur Hippovino (Hipponote 2.5* $ SAQ : 14.30 $) avec liens vers critiques, fiche technique, producteur, agence et SAQ.

Fiche du Bouchard Finlayson Chardonnay Sans Barrique Overberg sur Hippovino (Hipponote 3* $$$ SAQ :24.80 $) avec liens vers critiques, fiche technique, producteur, agence et SAQ.



mercredi 7 septembre 2016

Domaine des Salamandres, un coup de cœur de la Fête des vendanges

La fin de semaine dernière marquait le début de la Fête des vendanges Magog-Orford 2016 et nous étions 57 000 visiteurs à nous émerveiller devant les gourmandises du terroir québécois. Évidemment, qui dit vendanges veut dire vin, mais il y a bien d’autres produits à déguster à cette fête gourmande. Il y a 2 ans, nous avions d’ailleurs  bâti notre visite sous la forme d’un parcours de dégustation axé sur les accords mets-vin. Comme je vous ai surtout parlé de vins et de cidres, cette année, je m’étais donné pour mission d’explorer des boissons plus originales.

Aujourd’hui, nous allons consacrer ce billet à un domaine qui produit des vins mais aussi des boissons alcoolisées à base de poires, les fameux poirés. Le Domaine des Salamandres est situé à Hemmingford, en Montérégie. Il s’est fait connaître en créant une cuvée au nom d’un des joueurs de hockey du Canadien de Montréal, le russe Alexei Emelin.

En arrivant au kiosque, j’ai demandé à goûter la gamme de poirés, mais le vigneron, fort sympathique au demeurant, m’a gentiment demandé de tester le millésime 2014 de son vin de vendange tardive. L’expérience m’a appris qu’une telle attitude signifie en général que le producteur est très fier du produit en question et j’ai donc acquiescé. Je n’ai pas été déçu, ce vin de Vendange Tardive à base de cépage Vidal est un superbe vin doux, élégant, pas trop sucré, avec une belle richesse de saveurs et une petite amertume qui permet à la finale de se prolonger très agréablement. Le vigneron prétend que sa réussite est due à l’usage de levures indigènes, mais je dirais plutôt qu’un tel équilibre tient à un travail soigné et impeccable sur toute la ligne, bravo !

La production des poirés de glace suit les mêmes techniques que pour le cidre de glace. On peut utiliser la cryoconcentration, les fruits étant récoltés et pressés à l’automne, puis le moût laissé dans le verger durant l’hiver pour que le gel concentre les sucres. Les cuvées haut de gamme sont réalisées en cryoextraction, où ce sont les fruits qui sont laissés au gel avant d’être pressés.

Le Poiré de Glace Classique des Salamandres est assez sucré et offre des saveurs franches de poires et de pommes cuites, une belle gâterie pour les becs sucrés. Personnellement, j’ai préféré le fameux Poiré de Glace Cuvée Tabarnak (rebaptisée Cuvée Controversée dans les succursales SAQ, manquerait-on un peu d’humour dans notre cher monopole?) plus élégant, au sucre moins présent, avec des petites notes qui font penser à la crème et des saveurs de noisette. Parfait pour accompagner un dessert aux poires et chocolat !

La fête desvendanges continue la fin de semaine prochaine, allez y faire un tour et ne manquez pas le kiosque du Domaine des Salamandres !

À la bonne vôtre !

Alain P.

P.S. Je n’ai aucun lien avec le domaine, c’est simplement un des coups de cœur de ma visite. Je vous reviens avec d’autres dans les prochains jours.

<< Article précédent  –  Une Syrah de Californie pour les copains


Article suivant >>  –  Afrique du Sud, terre de vins blancs

vendredi 2 septembre 2016

Une Syrah de Californie pour les copains

Les cépages du Rhône prennent de plus en plus de place en Californie depuis que les fameux Rhone Rangers ont réussi à sensibiliser les américains à l’idée qu’on pouvait cultiver autre chose que du cabernet sauvignon. J’avoue que la présence du mot français Copain sur une étiquette californienne m’a interpellé. Je me souvenais avoir vu passer une critique, alors j’ai décidé de l’essayer et je n’ai pas été déçu (euphémisme).

Le domaine Copain Wines a été fondé par Wells Guthrie, un ancien du magazine Wine Spectator qui a appris son métier en travaillant avec le célèbre Michel Chapoutier. De retour aux États-Unis, il produit du vin dans le comté de Mendocino, au Nord de San Francisco, une région qui bénéficie d’un climat méditerranéen.

La famille de vins « Tous Ensemble » se veut un ensemble de cuvées à boire avec les amis, ce qui est un peu le propre de la majorité des bons vins d’ailleurs. La Syrah Tous Ensemble de Copain se distingue par son élégance et sa texture veloutée, deux éléments qui ne cohabitent pas toujours avec ce cépage. C’est un rouge qui a beaucoup de charme. Il ne brille pas par une complexité hors du  commun, ce n’est pas la cuvée pour écrire une longue note de dégustation, mais pour ce qui est de l’équilibre et du plaisir à boire, il mérite un grand coup de chapeau.

Son seul inconvénient est qu’à 36.75 $, il n’est pas donné, mais personnellement je vais en racheter, pour le boire avec les copains bien entendu… Et si vous l’achetez aujourd’hui ou demain à la SAQ avec 2 autres bouteilles, vous profiterez d’un rabais de 10 % qui ramènera le prix à 33 $.


À la bonne vôtre !

Alain P.

Fiche du Copain Syrah Tous Ensemble Anderson Valley sur HippoVino (Hipponote 3.5* $$$$ SAQ : 36.75 $) avec liens vers critiques, producteur, agence et SAQ.

vendredi 26 août 2016

Nos 10 choix des meilleurs vins pour les rabais SAQ du mois d’août

C’est la période de la rentrée des classes mais la SAQ préfère appeler « Vive les vacances » ses rabais qui vont du 18 août au 4 septembre. D’ailleurs, si vous n’avez pas d’enfant d’âge scolaire et ne travaillez pas dans l’enseignement, c’est une bonne période pour prendre des vacances, il fait beau et il y a beaucoup moins de monde au bord de la mer !

Mais si vous avez à assumer les factures de la rentrée, peut-être aimeriez-vous économiser un peu sur vos achats de vin tout en appréciant le contenu de votre verre. Voici 10 bouteilles à vous procurer d’ici au 4 septembre qui vous permettront d’y arriver facilement. Cliquez sur les noms de vins pour accéder à leurs fiches détaillées et aux liens vers les critiques.

Dans les vins rouges, vous avez plusieurs beaux  choix à commencer par le Madiran 2011 du Château Bouscassé, produit par le très célèbre vigneron Alain Brumont, une personnalité très appréciée au Québec (et sûrement ailleurs). Un rouge costaud mais dont les tanins sont bien élevés, qui fait merveille à table avec la cuisine du sud-ouest de la France, notamment avec les plats de canard ou un bon cassoulet. C’est le 2011 qui est en rabais actuellement, aérez-le bien avant le service mais vous pouvez aussi le conserver en cave 3 à 5 ans sans problème.

Un autre rouge chaleureux qui nous provient du Roussillon, le Tautavel  de la gamme Grand Terroir  de chez Gérard Bertrand, parfait pour les amateurs de cuvées bien fruitées. Un vin très riche en saveurs pour ce prix, qui ira fort bien avec les grillades sur le barbecue. Vous pouvez aussi faire des provisions pour vos viandes rouges braisées de l’automne.

Dans un registre assez semblable et adapté aux mêmes accords mets-vin, le Pure Malbec de la grande maison Trapiche est dans mes découvertes de 2016, un rouge argentin très réussi.

Si vous êtes un amateur de Valpolicella Ripasso, celui de la maison Folonari est dans un style qui plaît à un large public, sauf à ceux qui sont totalement allergiques au boisé, et il est dans les moins chers des ripassos. Un bon accompagnement pour un plat de veau à la tomate.

Pour ceux qui préfèrent les rouges légers, le Bourgogne Passe-tout-grains Prince Philippe est un bel assemblage de gamay et de pinot noir. C’est simple mais joyeux et parfait pour l’apéro, pour accompagner des charcuteries ou un poulet rôti.

Dans les raretés des rabais SAQ, on trouve cette fois-ci un Champagne, le Pommery Brut Royal, une belle cuvée élégante avec des saveurs de noisette, qu’on appelle souvent rancio dans le monde des bulles. Un bon champagne d’apéro qui peut aussi se servir à table.  Avez-vous quelque chose à fêter bientôt?

Dans les produits à prix économique, on trouve des cuvées dont on a parlé souvent mais qui le méritent bien. Pour un rosé, c’est celui de Domaine de Gournier qui vient des Cévennes, pour un blanc, le Sauvignon blanc Les Jamelles et en rouge on y va avec le Corbières La Garnotte.

Rappelons que pour trouver tous les vins en rabais à la SAQ sur le site HippoVino, vous pouvez utiliser le hashtag #RabaisSAQ dans la fonction recherche. Si vous préférez rechercher les vins disponibles aux succursales SAQ Dépôt pour bénéficier du 15% à l’achat de 12 bouteilles, utilisez plutôt le hashtag #SAQDepot.

Bonnes économies et à la bonne vôtre !

Alain P.



Article suivant >>  –  Une Syrah de Californie pour les copains

mardi 23 août 2016

Vins : différences entre consommateurs, sommeliers et critiques

Professionnels et simples consommateurs voient-ils le vin de la même façon? Pas exactement, c’est bien évident, mais c’est un article du journaliste Hervé Lalau qui a provoqué un questionnement sur l’écart entre les deux, abîme ou simple décalage? L’exemple des critiques de cinéma montre un beau cas où les critiques vomissent littéralement sur les films populaires et encensent des longs métrages qui peinent à attirer les spectateurs. Est-ce la même chose dans le monde du vin?

L’article qui suit ne se prétend pas une étude scientifique, mais j’ai pris le temps de questionner plusieurs personnes autour de moi et de lire un peu sur le sujet avant de pondre ce texte. Espérons qu’il apportera quelques éclaircissements et amènera d’autres réflexions que vous pourrez partager via la fonction commentaire du blogue.


Si on regarde une liste des vins les plus vendus au Québec, on constate facilement que peu de ces cuvées sont appréciées des critiques ou même des sommeliers en général. Un décalage existe donc bien et plusieurs raisons peuvent l’expliquer.

L’attention. Les professionnels portent une attention extrême à la cuvée qu’ils dégustent, en analysent chaque détail. Ils sont donc très sensibles aux nuances et admirent des cuvées riches en saveurs subtiles. Au contraire, le consommateur moyen avale son vin comme toute autre boisson et sa perception se limite aux saveurs les plus évidentes, qu’il préfère nettes et franches.

Les attentes. Les professionnels sont à la recherche d’un vin qui les fait vibrer et ils trouvent normal qu’il y ait des écarts entre les différents millésimes d’une même cuvée. La priorité d’un consommateur est avant tout de ne pas être déçu et il préfère des vins qui soient les plus semblables possibles d’une fois sur l’autre.

L’effet du nombre. Critiques et sommeliers dégustent plusieurs centaines voire milliers de vins par année alors que bien des consommateurs boivent une à deux bouteilles par semaine, dont quelques fois les mêmes. Les pros sont donc attirés par les cuvées originales et peuvent facilement ignorer certains vins pourtant bons, mais dont il existe une multitude d’équivalents très semblables. Cela les conduire même parfois à admirer des vins certes originaux, mais qui n’ont pas beaucoup d’autres qualités.

L’acidité. Nous l’avons déjà écrit, tous les vins sont acides, mais la perception de cette acidité varie selon plusieurs facteurs dont le taux d’alcool et celui de sucre résiduel. Le palais des pros est habitué à l’acidité et, de plus, expérience et technique de dégustation leur permettent d’analyser ces différents éléments. Leur jugement est aussi influencé par d’autres points, comme le style du producteur ou l’appellation. Par contre, plusieurs consommateurs sont réfractaires aux saveurs trop acides et préfèrent donc des vins où elles sont masquées.

L’importance de l’odorat. Elle est très limitée pour le buveur moyen, qui espère simplement que son verre sente le vin. Au contraire, les critiques font une analyse olfactive poussée au point où, à la lecture de certaines notes de dégustation, on se demande s’ils ont sniffé le vin plutôt que de le goûter. J’exagère bien sûr, mais je me surprends parfois à écrire sur des arômes qui m’ont enthousiasmé, alors que je sais bien que personne n’achètera jamais une bouteille parce qu’elle sent les petits fruits rouges !

Et bien sûr le prix. Les vins qui se vendent beaucoup sont principalement des cuvées à petit prix, c’est d’ailleurs vrai pour tous les produits. Les spécialistes plus facilement enclins à dépenser pour une bouteille et ne changeront pas leurs habitudes s’ils ont une mauvaise expérience avec un vin à 35 $. Bien des consommateurs sont réticents à augmenter leur budget alors qu’ils sont loin d’être sûrs d’en avoir pour leur argent.

Ces différences existent bel et bien mais le fossé entre consommateurs et critiques est moins important que dans d’autres domaines. Certes, les vins les plus consommés ne sont pas influencés par la critique mais déterminés par des critères spécifiques. Ils sont en général simples, peu acides, au goût constant année après année et vendus à prix raisonnable. Peu ont les faveurs des professionnels, mais quand même quelques-uns. Je pense par exemple au Chenin Blanc de Robertson Winery, dont j’ai parlé à plusieurs reprises et qui a récolté nombre de recommandations.

Les critiques influencent les consommateurs qui s’intéressent au vin, un peu ou beaucoup, et ceux-ci sont de plus en plus nombreux. Cette augmentation est visible dans le nombre d’inscription à des cours d’initiation ou de dégustation, en croissance constante. Ces amateurs veulent découvrir de nouvelles cuvées et sont à la recherche de conseils pour guider leurs choix. Justement, au Québec, on a la chance d’avoir plusieurs critiques qui nous recommandent une variété de vins de différents styles, à différents prix. La majorité de ces critiques sont disponibles gratuitement sur Internet, qui nous donne aussi accès à une immense variété de médias et blogues de vin de nombreux pays.

Chez HippoVino, nous travaillons à faciliter ces découvertes en vous présentant, sur chaque fiche de vin, les liens des critiques et blogueurs qui en ont parlé en plus des informations de base et de liens vers le producteur, la fiche technique et l’agence d’importation. Le blogue et le bulletin HippoVino Hebdo vous fournissent des suggestions de vins et tout plein d’informations pour en savoir plus sur le mondo vino.

Et en vous abonnant à HippoVino Hebdo avant la fin septembre, vous serez admissible au tirage d’une carte cadeau de 100 $, alors n’attendez pas, inscrivez-vous maintenant !

Bonnes découvertes et à la bonne vôtre !

Alain P.

vendredi 19 août 2016

Concours HippoVino – Amalgram de la Fête des vendanges, c’est parti !

Courez la chance de gagner 1 carte cadeau de 100 $ ! C’est bientôt la nouvelle édition de la Fête des vendanges Magog-Orford et, pour l’occasion, HippoVino s’associe à Amalgram pour lancer son concours de fin d’été.



Le gagnant recevra une carte cadeau de 100 $ échangeable pour tout achat à la SAQ. Vous avez 3 façons toutes simples de participer à ce concours, aucun achat n’est requis :

Inscrivez-vous à HippoVino Hebdo, confirmez votre inscription en cliquant le lien du courriel de confirmation et vous avez une chance de gagner.*

Inscrivez-vous au site de mise en commun de photos Amalgram et vous avez également une chance de gagner.**

Partagez une photo d’une bouteille de vin du Québec dans l’album de la Fête des vendanges sur le site Amalgram et vous aurez aussi une chance de gagner.***

Bien entendu, ceci veut dire que si vous êtes inscrit à HippoVino Hebdo, ainsi qu’au site Amalgram et que vous partagez une photo de vin du Québec dans notre album de la Fête des vendanges, vous aurez 3 chances de gagner ! N’attendez-pas, inscrivez-vous maintenant !

Le tirage aura lieu le 5 octobre prochain. Vous devez avoir complété vos inscriptions et partages au plus tard le 30 septembre 2016 à minuit (heure de l’est) pour être admissible au tirage.



HippoVino a pour mission de vous aider à trouver rapidement des vins que vous aimerez déguster. Sur chaque fiche de vin du site, vous trouverez les informations de base et les liens pour en savoir plus (critiques, site du producteur, agence, revendeurs). HippoVino Hebdo est publié chaque mercredi et suggère 3 vins de la semaine.

L’application en ligne Amalgram permet la mise en commun des photos d’un évènement en toute simplicité, en public ou en privé. Les participants partagent leurs photos dans un album commun, accessible à tous ou limité à des usagers sélectionnés. 

Bonne chance à tous et merci de votre participation !

HippoVino et Amalgram

Pour participer au concours vous devez être un résident du Québec âgé de plus de 18 ans et satisfaire aux conditions du règlement

*Si vous êtes déjà inscrit à HippoVino Hebdo et que vous répondez aux conditions, vous êtes automatiquement inscrits.

**Les participants admissibles qui s’inscrivent à Amalgram entre le 1er août 2016 et la fin du concours sont automatiquement inscrits.

***Si vous étiez inscrit au site Amalgram avant le 1er août, il vous faut partager une photo de vin du Québec dans l’album Fête des vendanges du concours pour être inscrit et vous aurez alors 2 chances, une comme participant d’Amalgram et une pour le partage.
Vous pourrez bien sûr partager plusieurs photos dans l’album si vous le désirez mais seule la première vous donnera une chance de gagner.

lundi 15 août 2016

Vos boissons favorites pour écouter les Jeux Olympiques de Rio 2016

[Mise à jour 21-08-2016 17h] Nous sommes en plein dans la période de la fièvre olympique et nous nous sommes demandé quelles sont les boissons favorites de nos lecteurs pour suivre les jeux de Rio. Nous avons donc publié un sondage sur notre site Web pour recueillir vos réponses.

Juste avant la cérémonie de clôture, le podium est constitué des vins rouges pour la médaille d’or, la bière gagnant la médaille d’argent et le vin blanc la médaille de bronze, tandis que les boissons sans alcool échouent juste au pied du podium.

Le sondage restera ouvert jusqu’à demain, pour ajouter votre avis, c'est ici !

Nous mettrons à jour les résultats dans ce billet lorsque tout sera complété et nous vous en avertirons via les médias sociaux. Voici le diagramme des résultats complets en date du 21 août à 17h (EDT):


Si vous aimeriez avoir des suggestions de vins pour suivre les événements sportifs, on en avait publié pour le Grand Prix de F1, pour l’Euro de football et pour le Super Bowl. Tchin-tchin !

HippoVino

<< Article précédent  –  Rencontre avec le vigneron François Villard