lundi 30 novembre 2015

Pourquoi château dans les noms de vin?

Pourquoi utilise-t-on aussi fréquemment le mot « château » dans les noms de vin et quelle est sa signification? C’est une question très fréquemment posée par les gens qui découvrent le merveilleux monde du vin, alors voici quelques éléments de réponse.


Est-ce qu’il y a toujours un château (le bâtiment)?

Non, pas nécessairement, un château est en fait une exploitation viticole. Mais certains domaines en ont effectivement un.

Peut-on écrire château sur n’importe quelle étiquette de vin?

Pas en France, car une loi réglemente cette terminologie. Selon la législation la plus récente (2012), trois éléments sont nécessaires :
  1. Le vin concerné doit être d’appellation  protégée ou contrôlée (voir ce billet pour les détails).
  2. Les raisins utilisés doivent être récoltés sur une parcelle qui appartient au domaine (et non achetés, ce n’est donc pas un vin de négoce).
  3. La vinification doit être réalisée à l’intérieur de l’exploitation.


Est-ce qu’il y a des châteaux seulement à Bordeaux?

Non, même si la terminologie château est très populaire dans le bordelais, on en trouve aussi dans le Languedoc et dans d’autres régions de France.

Pourquoi utilise-t-on le terme château si souvent?

Le terme est apparu après la première loi française protégeant les marques de commerce, en 1857. Cette loi interdisait d’utiliser seulement un nom de lieu, il fallait obligatoirement lui ajouter un élément distinctif. On a alors commencé à utiliser, domaine, château, clos, etc.

Mais le mot château s’est avéré avoir un plus, à une époque où presque tout paysan cultivait quelques pieds de vigne. Les vignobles appartenant à un riche aristocrate étaient plus grands, plus soignés et produisaient de meilleurs vins.

Un grand nombre de vignerons ont donc décidé d’accoler le mot château à leur désignation locale et le succès a été tel que le nombre de châteaux viticoles français dépassait les 2 000 vers 1920. Comme la croissance se continuait sans cesse et de façon anarchique, des lois ont commencé à réglementer la signification à partir de 1930, pour en arriver à la version de 2012.

Et pour les autres pays?

Certains vignobles du nouveau monde ont évidemment plagié le terme château et la France essaie d’étendre sa propre loi comme elle a réussi à le faire pour les appellations protégées. Affaire à suivre.

À la bonne vôtre !


Alain P.

Quelques autres de nos articles sur le thème « comprendre les étiquettes de vin » :




jeudi 26 novembre 2015

La Fête des vins du Québec célèbre son 10e millésime !

Du 27 au 29 novembre, au marché Bonsecours de Montréal, c’est la 10ème édition de la Fête des Vins du Québec, dont le porte-parole est le célèbre sommelier Philippe Lapeyrie. Sous le thème le Parfait Accord, les vignerons vous présenteront des harmonies mets et vins inédites. Vous pourrez également déguster des produits fins de chez nous dans la Salle des gourmandises. En plus, une autre formule intéressante, les dégustations minute (speed tasting), où en 20 minutes, un vigneron vous présente et fait déguster 3 de ses vins.


Vous êtes convaincus et souhaiter y aller? Jusqu’à minuit jeudi 26 novembre au soir, vous pouvez acheter des billets à tarif réduit en cliquant ici. Pour les informations pratiques, consultez le site Web de la Fête des vins du Québec. Pour préparer, votre visite, utilisez le site Web HippoVino qui contient les fiches de vins pour un grand nombre des vignobles qui seront présents. Pour vous faciliter la vie, voici la liste de ceux-ci avec les liens vers leurs vins, classés par catégorie.

Domaine Clos St-Bernard (vins blancsvins rouges)
Domaine des Côtes d’Ardoise (vins blancsvins rougescidres)
Domaine de Lavoie (vins rougescidres)
Domaine du Ridge (vins blancsvins rougesvins rosés)
Domaine des Salamandres (vins blancsvins rougesautres)
Vignoble Centaure (vins blancsvins rougesvins rosésautres)
Vignoble Coteau Rougemont (vins blancsvins rougesvins roséscidres autres)
Vignoble du Domaine St-Jacques  (vins blancsvins rougesvins rosés)
Vignoble du Marathonien (vins blancsvins rougesvins rosés)
Vignoble Gagliano (vins blancsvins rougesvins rosésvins mousseux)
Vignoble le Cep d’Argent (vins blancsvins rouges – vins mousseuxautres)
Vignoble le Chat Botté (vins blancsvins rougesvins rosés)
Vignoble l’Orpailleur (vins blancsvins rougesvins rosésvins mousseux)
Vignoble la Grenouille (vins blancsvins rougesvins rosés)
Vignoble les Murmures (vins blancsvins rougesvins rosésautres)
Vignoble Rivière du Chêne (vins blancsvins rougesvins rosésvins mousseux)
Union Libre (cidres autres)

Si vous ne pouvez être sur place, vous pouvez vous joindre à la Fête en achetant une des cuvées disponible à la SAQ (voyez l’onglet disponibilité de la fiche de chaque vin ou utilisez le filtre En vente à la SAQ dans les listes). Notez que certains produits présents sur le site peuvent ne pas être à la Fête et que les prix indiqués sur nos fiches sont approximatifs, ils ont été mis à jour en septembre dernier lors de la Fête des vendanges de Magog.

Bonne Fête des Vins du Québec !

L’équipe HippoVino


mardi 24 novembre 2015

Champagne Leclerc Briant Les Chèvres Pierreuses – Importation Privée de la semaine

Notre importation privée de la semaine vient de Champagne. Nous avions déjà eu un gros coup de cœur pour cette cuvée de la maison Leclerc Briant au salon Raspipav de l’an dernier.

La maison Leclerc-Briant se distingue par son engagement précoce vers le bio et la biodynamie, dans une région où le climat rend ce type de culture plus délicat qu’en Espagne, par exemple. Mais un vigneron qui carbure aux défis ne s’arrête pas en si bon chemin. La cuvée les Chèvres Pierreuses a une autre particularité. Les trois cépages champenois traditionnels qui la composent, chardonnay, pinot noir et pinot meunier, proviennent d’une parcelle en complantation, ce qui signifie qu’ils sont récoltés et vinifiés ensemble. Cette méthode est rarement utilisée aujourd’hui, sauf par exemple par Marcel Deiss en Alsace, un autre apôtre de la biodynamie dont nous avions parlé ici. Comme ces cépages ont des vitesses de maturation très différentes, le choix de la date des vendanges doit être tout sauf évident. Je dis toujours qu’on achète un vin pour ses qualités et non pour la technique utilisée pour le produire. Mais si je vous en parle aujourd’hui, c’est parce que l’équilibre remarquable de ce champagne, année après année, est une preuve de plus qu’il n’y a pas une façon unique de faire du bon vin.

Les Chèvres Pierreuses, une cuvée tout en élégance et en finesse, avec une belle palette de saveurs délicates et un côté minéral marqué, c’est donc un très bon champagne pour accompagner les huîtres et les plats de fruits de mer.

À la bonne vôtre !

Alain P.



lundi 23 novembre 2015

Vins de Tout le Monde en Parle – Saison 2015-2016



[Mise à jour 1er Mai 2016] C’est la troisième saison où nous listons les vins présentés à cette populaire émission de la télévision de Radio-Canada. Nous avons expliqué le concept dans nos billets précédents que voici :



Voici donc maintenant la liste des vins de la saison 2015-2016 de Tout le Monde en Parle, qui est en cours. La liste est en ordre inverse des dates d’émissions, l’émission la plus récente étant donc en premier. Cliquez sur les fiches pour les détails de chaque vin.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 1er mai 2016
G.H. Mumm Cordon Rouge Brut (Hipponote 3* – $ SAQ : 59.75 $)
Voir la fiche du G.H. Mumm Cordon Rouge Brut sur HippoVino avec les liens vers critiques,  fiche descriptive, agence et SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 24 avril 2016
Fontanário de Pegões (Hipponote 2* – $ SAQ : 14.10 $)
Voir la fiche du Fontanário de Pegões sur HippoVino avec les liens vers critiques,  fiche descriptive, agence et SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 17 avril 2016
Ravenswood Lodi Zinfandel Old Vine (Hipponote 2.5* – $$$ SAQ : 22.70 $)
Voir la fiche du Ravenswood Lodi Zinfandel Old Vine sur HippoVino avec les liens vers critiques,  fiche descriptive, agence et SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 10 avril 2016
Marquês de Marialva Baga Reserva (Hipponote 2.5* – $$ SAQ : 17.15 $)
Voir la fiche du Marquês de Marialva Baga Reserva sur HippoVino avec les liens vers critiques,  fiche descriptive, agence et SAQ.


Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 3 avril 2016
Parès Balta Mas Elena (Hipponote 3* – $$ SAQ : 19.30 $)
Voir la fiche du Parès Balta Mas Elena sur HippoVino avec les liens vers critiques,  fiche descriptive, agence et SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 27 mars 2016
Chianti Ruffino (Hipponote 2* – $$ SAQ : 16.90 $)
Voir la fiche du Chianti Ruffino sur HippoVino avec les liens vers critiques,  fiche descriptive, agence et SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 13 mars 2016
Mezzacorona Teroldego Rotaliano Riserva (Hipponote 2.5* – $$ SAQ : 18.80 $)
Voir la fiche du Mezzacorona Teroldego Rotaliano Riserva sur HippoVino avec les liens vers critiques,  fiche descriptive, agence et SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 6 mars 2016
Illuminati Illico (Hipponote 3* – $$ SAQ : 17.00 $)
Voir la fiche du Illuminati Illico sur HippoVino avec les liens vers critiques,  fiche descriptive, agence et SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 28 février 2016
Château de Pennautier Cabardès (Hipponote 2.5* – $$ SAQ : 15.50 $)
Voir la fiche du Château de Pennautier Cabardès sur HippoVino avec les liens vers critiques,  fiche descriptive, agence et SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 21 février 2016
Vale Do Bomfim Douro (Hipponote 2.5* – $$ SAQ : 15.95 $)
Voir la fiche du Vale Do Bomfim Douro sur HippoVino avec les liens vers critiques,  fiche descriptive, agence et SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 14 février 2016
Casillero del Diablo Devil's Collection Red (Hipponote 2.5* – $$ SAQ : 16.00 $)
Voir la fiche du Casillero del Diablo Devil's Collection Red sur HippoVino avec les liens vers critique,  producteur, fiche descriptive, agence et SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 7 février 2016
Jacob's Creek Shiraz Reserve (Hipponote 2.5* – $$ SAQ : 19.60 $)
Voir la fiche du Jacob's Creek Shiraz Reserve sur HippoVino avec les liens vers critique,  producteur, fiche descriptive, agence et SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 31 janvier 2016
L'Esprit De Château Capendu (Hipponote 2.5* – $$ SAQ : 16.65 $)
Voir la fiche de L'Esprit De Château Capendu sur HippoVino avec les liens vers des critiques, le producteur, la fiche technique, l’agence et la SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 24 janvier 2016
Chloe California Red No. 249 ($$ SAQ : 18.95 $)
Voir la fiche du Chloe California Red No. 249 sur HippoVino avec les liens vers des critiques, le site du producteur et la SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 17 janvier 2016
Prunotto Mompertone Monferrato (Hipponote 2.5* – $$ SAQ : 19.95 $)
Voir la fiche du Prunotto Mompertone Monferrato sur HippoVino avec les liens vers des critiques, le producteur, la fiche technique et la SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 6 décembre 2015
Campo Viejo Reserva (Hipponote 3* $ – $$ SAQ : 19.95 $)
Voir la fiche du Campo Viejo Reserva sur HippoVino avec les liens vers des critiques, le producteur, la fiche technique et la SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 29 novembre 2015
Château de Gourgazaud Tradition Minervois (Hipponote 2.5* $ – $ SAQ : 13.70 $)
Voir la fiche du 
Château de Gourgazaud Tradition Minervois sur HippoVino avec les liens vers des critiques, le producteur, la fiche technique et la SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 22 novembre 2015
Fonte do Nico, Portugal (Hipponote 2* $ – $ SAQ : 9.35 $)
Voir la fiche du Fonte do Nico, Portugal sur HippoVino
 avec les liens vers des critiques, le producteur, la fiche technique et la SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 1er novembre 2015
Cabral Reserva Douro (Hipponote 3* $ – $$ SAQ : 15.25 $)
Voir la fiche du Cabral Reserva Douro sur HippoVino
 avec les liens vers des critiques, le producteur, la fiche technique et la SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 25 octobre 2015
Ricardo 03 Monastrell (Hipponote 2.5* $$ – $ SAQ : 16.80 $)
Voir la fiche du Ricardo 03 Monastrell sur HippoVino
 avec les liens vers des critiques, le producteur et la SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 18 octobre 2015
Santa Cristina Chianti Superiore (Hipponote 2.5* $ – $$ SAQ : 17.45 $)
Voir la fiche du Santa Cristina Chianti Superiore sur HippoVino
 avec les liens vers des critiques, le producteur, la fiche technique et la SAQ.

Tout le monde en parle - Vin de la semaine - Émission du 11 octobre 2015
Terrasses de Mayline, Saint-Chinian, Languedoc (Hipponote 2.5* $ – $ SAQ : 14.90 $)
Voir la fiche du Terrasses de Mayline, Saint-Chinian sur HippoVino
 avec les liens vers des critiques, le producteur, la fiche technique et la SAQ.

Tout le monde en parle – Vin de la semaine – Émission du 4 octobre 2015
Otoñal Joven, Côtes de Bordeaux (Hipponote 2* – $ SAQ : 13.15 $)
Voir la fiche du Otoñal Joven sur HippoVino
 avec les liens vers des critiques, le producteur, la fiche technique et la SAQ.

Tout le monde en parle – Vin de la semaine – Émission du 27 septembre 2015
Château Suau, Côtes de Bordeaux (Hipponote 3 *- $$  SAQ : 18.20 $)
Voir la fiche du Château Suau, Côtes de Bordeaux sur HippoVino
 avec les liens vers des critiques, le producteur, la fiche technique et la SAQ.

Vous pouvez également trouver les vins de la saison courante de Tout le Monde en Parle en cherchant avec le mot-clic #TLMEP sur le site HippoVino. Sur le blogue, ce même mot-clic #TLMEP vous conduira à tous nos billets qui parlent des vins de l’émission Tout le Monde en Parle.

À la bonne vôtre !

L’équipe HippoVino

<< Article précédent  –  4 bons vins pour le rabais SAQ 10 % pour 100 $


vendredi 20 novembre 2015

4 bons vins pour le rabais SAQ 10 % pour 100 $

À partir d’aujourd’hui et jusqu’à dimanche, vous pouvez profiter d’un rabais de 10 % à l’achat de 100 $ et plus à la SAQ. C’est donc le moment idéal pour commencer vos provisions de bonnes bouteilles pour les fêtes de fin d’année. Voici 4 vins qui sont très bien adaptés aux menus de cette période.

Commençons par un superbe blanc, les Glaciaires du Domaine Gardiès. Ce vin des Côtes du Roussillon est élaboré avec les cépages grenache blanc et gris, maccabeu et roussanne, plantés sur les hauteurs qui dominent le village de Vingrau. Jean Gardiès est la 7e génération de cette grande famille de vignerons. Ce blanc aux saveurs riches est en même temps très élégant en raison de son côté minéral. Il était dans nos vins de la semaine sur HippoVino Hebdo et j’ai très hâte d’en ouvrir une autre bouteille ! Pour accompagner vos plats de poisson mais aussi pour votre tante qui préfère le blanc avec sa dinde.

Dans le rouge, le pinot noir est un cépage fort utile pour accompagner les menus de Noël. Le Bourgogne Les Ursulines, de la maison Jean-Claude Boisset, est un fort bel exemple de Bourgogne rouge générique. Les raisins proviennent de vignes plantées dans la Côte de Nuits et les vins sont faits par le renommé Grégory Patriat. Tous les ingrédients sont réunis pour nous livrer un Bourgogne rouge fruité et agréable qui fera l’unanimité autour de la table. Dinde, tourtière et ragoûts ne lui font pas peur, mais il conviendra aussi à votre autre tante, qui préfère boire du rouge avec son poisson.

Qui dit fêtes, dit aussi bulles. Personnellement, je préfère les mousseux brut ou extra-brut, mais durant les fêtes, il est important de tenir compte des goûts de nos invités. Au Québec, plusieurs ont la dent sucrée. Ils seront comblés avec la Clairette de Die Cuvée Impériale de Jaillance. Ce mousseux de la Vallée du Rhône est doux, mais ce n’est pas le genre bourré de sucre pour cacher une montagne de défauts. Ses belles saveurs de muscat feront sûrement dire à votre oncle : « enfin, un vin qui a goût de raisin!»

La bouteille du Champagne Devaux Cuvée D est parfaite à donner en cadeau. Son design est très réussi et le contenu de la bouteille est tout aussi soigné. Un bel assemblage de pinot noir et chardonnay produits sur 4 millésimes différents, avec un travail méticuleux tout au long du processus : sélection, élevage, prise de mousse et maturation, dégorgement et repos final. C’est ce soin apporté aux détails qui différencie le Champagne de bien des mousseux et, si cette Cuvée D n’a pas le côté original recherché à tout prix par certains critiques, c’est le type même de champagne raffiné et élégant qui plaît à un large public.

À la bonne vôtre !

Alain P.


jeudi 19 novembre 2015

Beaujolais nouveau, le vin anti-snob par excellence

Le troisième jeudi de novembre, c’est la tradition du Beaujolais nouveau. La tradition des vins nouveaux est très ancienne et c’est une occasion de grandes fêtes dans plusieurs régions viticoles françaises. Mais l’idée de choisir une date stratégique a permis une énorme expansion internationale à partir de 1985. Le succès commercial a été incroyable et les italiens en ont profité en créant leur vino novello.

Au tournant du siècle, les snobs du vin du Québec faisaient la queue à l’ouverture des SAQ le jour J pour s’assurer de pouvoir mettre la main sur les meilleures bouteilles. Mais comme tout snobisme est particulièrement éphémère, la mode s’est terminée brutalement et notre monopole d’état commercialise, quasiment en cachette, une poignée de cuvées en quantités très limitées. Malgré ces doses homéopathiques, il reste encore quelques bouteilles du millésime 2014 dans le réseau !

En France, les fêtes du vin nouveau sont des fêtes populaires, ça se passe dans les bistrots de quartier.  Complètement à l’opposé des célébrations un peu collet monté des primeurs de Bordeaux, au printemps. La meilleure preuve que le Bojo-Nouveau a un état d’esprit prolétaire, c’est que cette année les vignerons ont fait le tour des bistrots en 2 CV, l’auto du peuple version bleu-blanc-rouge !

Voici donc le mode d’emploi du Beaujolais Nouveau : on range nos verres Riedel, on achète rillettes, pâtés et bons saucissons puis on boit – oui, j’ai dit boire, pas déguster – quelques coupes de Gamay bien juteux avec les amis !

En plus, le millésime 2015 est vraiment remarquable dans le Beaujolais. Le Beaujolais Nouveau Georges Duboeuf 2015 est une réussite. Le fruit nous saute aux narines quand on le verse dans le verre, c’est plus corsé que d’habitude mais ça descend tout seul. Le Beaujolais Nouveau L’Ancien, signé Jean-Paul Brun, se distingue un peu, comme toujours. Il a besoin de quelques minutes d’aération pour se débarrasser de petits arômes douteux (réduction) mais c’est un gamay d’une grande finesse.

Vous aimeriez finir le repas avec un vin plus consistant? Essayez la cuvée Quintessence du Château de Vaurenard, un Beaujolais de 2005, très bon et du niveau de certains crus de la région.

À la bonne vôtre !

Alain P.

Fiche du Beaujolais Nouveau Georges Duboeuf sur Hippovino (Hipponote 2.5* - $$ SAQ : 18.95 $)
Fiche du Beaujolais Nouveau L’Ancien sur Hippovino (Hipponote 2.5* - $$ SAQ : 19.95 $)
Fiche du Quintessence du Château de Vaurenard sur Hippovino (Hipponote 3* - $$$ SAQ : 25.95 $)


mardi 17 novembre 2015

Château Rouquette sur Mer Clos de la Tour 2011 – Importation Privée de la semaine

Oui, si vous ne l’avez pas encore remarqué, les vins vendus en importation privée à la SAQ ont maintenant leur place sur HippoVino. Cependant, comme ils intéressent encore seulement un petit nombre de nos lecteurs, la majorité de nos recommandations restent des vins achetables en succursale.

En complément à nos choix habituels, voici donc le début d’une série de recommandations sur les importations privées, qui sera publiée aux deux semaines ou une fois par semaine, selon l’actualité du moment. Nous commençons avec un vin rouge du Languedoc, découvert à la Grande Dégustation de Montréal.

La famille Boscary produit toute une gamme de vin sur un terroir particulier, la Clape. Cette ancienne île est aujourd’hui colline sur le rivage de la Méditerranée, près de Narbonne. Le Clos de la Tour est une des cuvées haut de gamme du domaine, produite avec une sélection très soignée des raisins récoltés à la 3e vendange pour aller chercher le maximum de maturité. Un superbe rouge du Languedoc, charnu, avec une belle fraîcheur, des saveurs de fruits noirs et de pruneau, des tanins bien enrobés, un boisé fin et bien intégré. La longue finale est très agréable. Il devrait être excellent avec un jarret d’agneau braisé.

À la bonne vôtre !

Alain P.

Fiche du Château Rouquette sur Mer Clos de la Tour sur HippoVino (Hipponote 3.5* $$$$$ SAQ/IP 69.75 $)


lundi 16 novembre 2015

Hommage à la France et à ses terrasses de restaurants

Tout d’abord hommage aux victimes des terribles attentats de vendredi dernier et à leurs familles et amis. Nous pleurons avec vous ces morts et ces blessures tragiques qui n’ont aucun sens. Hélas, rien ne pourra vous rendre ceux que vous avez perdus, mais puissent les mots de sympathie du monde entier vous apporter un peu de réconfort dans ces moments si douloureux. Les gens de bonne volonté souffrent avec vous, et ils sont très nombreux.

Dans de telles circonstances, j’ai beaucoup de difficulté à m’installer devant mon clavier pour vous parler de bonnes bouteilles. Ah, j’aurais tant aimé ne pas avoir à écrire un autre billet comme celui de janvier dernier ! Mais la barbarie s’est manifestée de nouveau, à Paris une fois encore. Comme toujours, elle se distingue par sa cruauté mais surtout par son extrême lâcheté. Il n’y a aucun courage à braquer une arme sur des braves gens assistant à un spectacle ou attablés à une terrasse.

Mais cette tragédie met en évidence combien ces petits gestes du quotidien sont importants dans notre vie. Et il faut bien dire que les concerts comme les terrasses de cafés et de restaurants sont indissociables de l’esprit parisien. Ils font partie intégrante de l’iconographie de la capitale française et sont ancrés profondément dans sa culture.

Cette culture a essaimé ses bienfaits partout dans le monde et nous pouvons profiter des plaisirs des terrasses à Montréal, à Québec et même dans la plupart des petites villes de notre beau Québec. Certes, nous ne pouvons pas nous y attabler toute l’année, mais l’interruption hivernale nous amène encore plus de plaisir aux premiers beaux jours du printemps. Une raison de plus pour laquelle nous sommes tous parisiens aujourd’hui !

Bravo aux habitants de Paris qui ont osé braver la peur dès le lendemain des attentats, ici il fait trop froid pour s’attabler dehors, mais nous levons notre verre au mouvement #jesuisenterrasse !


À tous, notre vœu le plus sincère est que votre pire expérience à une terrasse soit un serveur un peu grognon !

L’équipe HippoVino

Un autre hommage à la France, bien modeste celui-là mais il paraît que chaque geste compte : nous recommanderons uniquement des vins français cette semaine. Buvez-les à la santé de la résilience parisienne, présente jusque dans sa devise, fluctuat nec mergitur.

vendredi 13 novembre 2015

Dégustation des vins de Bodegas Muga

[Mise à jour : 01-02-2017] J’ai pu profiter de la Grande Dégustation de Montréal pour découvrir plusieurs vins d’un grand producteur de la Rioja, Bodegas Muga. C’est pourtant une maison fort connue et bien distribuée à la SAQ avec l’appui de l’Agence Balthazard. Mais je dois avouer que je connaissais seulement leur cuvée la plus populaire, le Rioja Reserva, un classique de cette région espagnole.

La Bodegas Muga est d’ailleurs réputée pour son classicisme. Elle fait un grand usage du bois, autant pour les fermentations que pour les élevages. Elle dispose d’ailleurs de sa propre tonnellerie. De plus, la majorité de ses vins sont seulement mis en vente après un long élevage en fûts puis en bouteille, qui va souvent bien au-delà des durées correspondant aux critères exigés pour les mentions Reserva et Gran Reserva. Mais classicisme ne veut pas dire que le domaine est englué dans de vieilles méthodes dépassées. Il a au contraire su faire évoluer ses techniques de culture de la vigne et ajuster ses vinifications en conséquence. Il produit également des cuvées d’un style résolument moderne, dont nous parlerons à une autre occasion. Il reste que ce typage « classique » lui vaut d’être boudé par plusieurs critiques.

Personnellement, je crois que les choix techniques sont la responsabilité du vigneron, point. Certes, les critiques et dégustateurs sont en droit de s’y intéresser pour mieux comprendre ce qu’ils ont dans leur verre. Mais leur jugement doit justement s’arrêter au contenu du verre en question. Jouer au vigneron d’estrade est du babillage sans intérêt. Voilà pour mon coup de gueule du jour et revenons aux vins de la Bodegas Muga.

La première chose apprise ce jour-là est qu’on pouvait produire du Cava dans la Rioja, même si 95 % de la production de ce mousseux espagnol vient de Catalogne. Le Conde de Haro Brut utilise principalement le cépage viura (aussi appelé macabeu ou maccabeo) avec un peu de malvoisie et cela donne un fort bon cava, peu dosé : le côté sec s’équilibre bien grâce aux belles notes fruitées et on sent un peu de noisette en finale. Un bon mousseux d’apéro, assez sec pour accompagner des fruits de mer, mais assez riche pour se boire avec un repas. Pas mal du tout pour moins de 20 $ !

Avec les mêmes cépages, Muga produit aussi un vin blanc tranquille, le Muga Rioja. La fermentation est réalisée en fût, mais le boisé apparaît seulement en finale, la bouche restant fraîche avec des notes de raisin muscat. Bon rapport qualité-prix. Je le vois bien avec des pâtes sauce aux champignons et à la crème.

Chez Muga, les rouges sont charnus, avec des tanins assez fermes mais enrobés par un passage en barriques bien maîtrisé qui ne les alourdit pas. La fraîcheur et le fruit sont là, bref, des vins costauds mais avec élégance.

J’ai été vraiment impressionné par le Muga Reserva Seleccion Especial 2010, un rouge riche, profond et très long. Un grand vin du niveau de crus bordelais  qui coûtent plus de 2 fois son prix. Déjà très bon, il peut vivre en cave de nombreuses années mais ce serait dommage de lui laisser perdre ses belles saveurs de fruits noirs. Donc à boire de préférence avant 2020, selon moi. Le vrai problème, c’est qu’il n’en reste plus à la SAQ. Mise à jour de février 2017 : une livraison vient d'arriver, il est disponible en ligne et dans plusieurs succursales, faites vite !

La dégustation s’est terminée avec le Prado Enea 2006, un des derniers véritables Rioja Gran Reserva à être produits et sans doute un des plus élégants. Un vin rouge superbe dont on aimerait prolonger la dégustation fort longtemps. Une cuvée de méditation, à savourer lentement en accrochant une pancarte “Do not disturb” au-dessus de notre fauteuil. C’est aussi la preuve d’une maîtrise exceptionnelle des méthodes d’élevage classiques. Selon le représentant de Bodegas Muga, il peut vieillir en cave plusieurs dizaines d’années, mais, la vie étant si courte, pourquoi attendre?

À la bonne vôtre !

Alain P.

Fiche du Conde de Haro Brut sur HippoVino (Hipponote 3* - $$ SAQ : 19.95 $)
Fiche du Muga Rioja Blanc sur HippoVino (Hipponote 2.5* - $$ SAQ : 17.90 $)
Fiche du Muga Rioja Reserva sur HippoVino (Hipponote 3* - $$$ SAQ : 23.55 $)
Fiche du Muga Reserva Seleccion Especial sur HippoVino (Hipponote 4* - $$$$ SAQ : 39.75 $)
Fiche du Muga Gran Reserva Prado Enea sur HippoVino (Hipponote 4* - $$$$$ SAQ : 49.75 $)

<< Article précédent  –  Quelques vins en hommage à mon père

mardi 10 novembre 2015

Quelques vins en hommage à mon père

Il aurait eu 97 ans aujourd’hui, mais il ne s’est pas rendu jusque-là. Je choisis donc de lui dédier ce billet, car non seulement je lui dois beaucoup dans plusieurs domaines, mais je suis très heureux d’avoir hérité de son amour du vin.

Hérité n’est pas le bon mot, car il me l’a plutôt transmis. Dans ma jeunesse, le vin était encore perçu en France comme un aliment. Non seulement on en buvait midi et soir, mais le quart de vin faisait partie de tous les repas servis aux travailleurs. Les employeurs y étaient même obligés par la loi (oui, on est très loin des préoccupations d’aujourd’hui et de la loi Evin). Mon père buvait du vin de table durant la semaine et du vin « bouché » (des vins de meilleure qualité, VDQS ou appellation contrôlée) la fin de semaine. La tradition familiale était d’ajouter une goutte de vin dans le verre d’eau des enfants. C’était vraiment une goutte, rien pour s’énerver.

Mais, à partir de 12 ans, mon père m’a aussi permis de goûter à ses bouteilles du week-end. À ma demande et au grand dam de ma mère, il me servait un tout petit fond de verre de chaque nouvelle bouteille «pour que j’apprenne le vin.» À cette époque, dans les petites villes de province comme celles où j’habitais, le choix de vins se limitait à ceux de la région élargie. Dans mon coin, c’était la partie Ouest de la Loire et les Bordeaux. Heureusement, mon grand-père étant retraité de la SNCF, avait accès à un magasin coopératif qui offrait des cuvées de toute la France et toute la famille en profitait. En plus des vins d’Alsace et du Languedoc que mon père aimait beaucoup, il appréciait aussi des régions moins connues, comme Bergerac, Gaillac et Madiran.



J’ai hérité de son goût pour la découverte et de son grand respect pour les vignerons. Lorsque sur la route des vacances nous faisions une pause pour visiter une cave, il avait toujours des bons mots pour les vins dégustés. J’ai vite appris à décoder les différences entre ses véritables compliments et ses mots d’encouragement pour des gens qui, disait-il, faisaient un travail difficile et ingrat, car à la merci des caprices de la nature. Voici donc trois cuvées découvertes au Raspipav que j’aurais aimées déguster en sa compagnie.

Son goût pour les vins hors des sentiers battus lui aurait fait apprécier le Blanc de Morgex et de la Salle de la maison Ermès Pavese. Il est produit avec le cépage Prié blanc dans une minuscule appellation du Val d’Aoste, dans les Alpes italiennes, avec des ceps francs de pied (non greffés) plantés à 1200 m d’altitude. Il en résulte un vin blanc frais et original, légèrement doré, au côté minéral marqué, relevé de saveurs de fleurs, de fruits blanc et de raisin muscat. Un très bon blanc d’apéro. Une importation privée de l’agence Vinatovin.

Dans les rouges, il aurait été séduit par le côté amusant, autant pour la bouteille, un magnum avec un grand dessin de lapin, que son contenu, un assemblage pinot noir et gamay du vignoble ontarien Grange of Prince Edward. Un tel assemblage existe aussi en Bourgogne dans les appellations Bourgogne passe-tout-grains et Coteaux bourguignons. La version de Grange est très réussie avec de la fraîcheur, un beau fruité et une profondeur certaine. Il ne manque qu’une belle assiette de charcuteries et c’est le bonheur total. On espère que l’agence Bambara Sélection l’ajoutera à sa liste d’importations privées de Grange.

Mon père avait un faible pour les Bordeaux de petites appellations dont les Côtes de Bourg. Le Grand vin du Château Grand Maison l’aurait sûrement interpellé, d’autant plus que ce domaine se distingue par une longue histoire et par un encépagement particulier, qui fait plus de place au cépage Malbec. Malgré ce petit écart, cela donne un Bordeaux au style classique avec une bonne richesse en bouche et des tanins bien enrobés par un élevage très réussi. Mon père l’aurait certainement mis en cave pour quelques années mais, avec une bonne aération, il est déjà capable d’accompagner fort agréablement un navarin d’agneau. Une importation privée de l’Agence Benedictus.

À la bonne vôtre et tchin-tchin mon cher Roro !


Alain P.