vendredi 29 janvier 2016

Meilleurs vins rouges à moins de 15 dollars, mon Top 10 et un bonus

[Mise à jour 14-03-2017] Comme je l’expliquais dans le billet de la semaine dernière -- « Meilleurs vins blancs à moins de 15 $, mon Top 10 avec deux rosés aussi » -- il y a vraiment beaucoup de gens qui recherchent des bouteilles dans cette gamme de prix. Comme nous avions déjà publié nos meilleurs choix de rouges à moins de 10 $, les cuvées qui suivent se détaillent entre 10 $ et 15 $ à la SAQ, à leur prix courant.

Nous parlons régulièrement des vins en rabais dans les succursales de notre cher monopole, par exemple ici pour le mois de janvier, mais les cuvées qui tombent temporairement dans cette gamme de prix n’ont pas été incluses dans le présent article. De la même façon, en achetant 12 bouteilles dans une SAQ Dépôt, vous obtiendrez un rabais de 15 %, mais ceci n’est pas considéré ici.

La sélection est basée sur mes goûts personnels, pour avoir une idée plus précise de chaque vin, cliquez sur son nom pour accéder à sa fiche et découvrir ses caractéristiques, les critiques des autres chroniqueurs ainsi bien sûr que les liens vers la fiche technique, le site du producteur et celui de la SAQ.

Mon vin préféré est sans contexte la cuvée Chatons du Cèdre, produit par le grand domaine de Cahors Château du Cèdre. Ce bel assemblage de malbec et de merlot, charnu sans être trop corsé, assez souple pour plaire à tous, est parfait pour accompagner les viandes rouges. Un rapport qualité-prix exceptionnel !

Le Paul Mas Cabernet de Cabernet, un vin du Pays d’oc, est un bon deuxième. Le cabernet sauvignon et le cabernet franc s’allient en parfait équilibre pour livrer un rouge fruité avec une bonne structure, mais qui garde de la fraîcheur. Avec une bavette aux échalotes, c’est le bonheur !

Pour compléter le trio de tête, la cuvée Hécula, un rouge espagnol de l’appellation Yecla produit par Bodegas Castano. C’est du monastrell (appelé mourvèdre dans le sud de la France) à 100 % et c’est du style Nouveau Monde, costaud mais soyeux en bouche avec une belle richesse de saveurs. Le millésime 2010 était exceptionnel, depuis on est revenu sur terre mais c’est encore beaucoup de vin pour le prix. Pour les viandes rouges braisées et épicées.

Ma découverte de 2015 est un italien de la Vénétie, le Monte del Frà. Ce Bardolino fait avec les cépages corvina, rondinella et molinara véhicule la joie de vivre de la péninsule, on l’adore avec les pizzas et les pâtes avec des sauces tomatées.

J’achète souvent cet autre italien de la même région et je ne suis pas seul car il est dans les vins les plus vendus de la SAQ : Masi Modello Delle Venezie Rosso. Un rouge fait de cépages locaux, tout en souplesse, avec une bonne fraîcheur qui masque le léger sucre résiduel. Mêmes accords que le précédent.

Impossible d’ignorer le Portugal quand on parle de bons rapports qualité-prix. J’aimerais pouvoir en nommer plus mais mes trois préférés sont les suivants.

Le Vila Regia, un vin du Douro à prix très doux et dont le millésime 2014 est encore meilleur que d’habitude. Pour accompagner une assiette de burger-frites, c’est dur à battre !

Encore dans le Douro, l’Altano est un produit de la maison Symington dont j’ai parlé souvent, mais j’en reparle car, comme le dit Marc André Gagnon, il en donne vraiment beaucoup pour le prix. Avec des côtelettes de porc sauce BBQ, il fait des merveilles.

En provenance de l’appellation Dão, le Duque de Viseu est un rouge charnu mais assez souple pour ne pas effrayer votre belle-maman et avec assez de saveurs pour plaire à beau-papa. Très recommandable avec les grillades.

Un rouge du sud de la France que je bois depuis de nombreuses années : l’Orangeraie dePennautier (qui s’est longtemps appelé l’Orangerie). Les vignes poussent près de la superbe cité de Carcassonne et donnent un vin plein de petits fruits au caractère primesautier. À apprécier en toute simplicité.

Pour un vin un peu plus costaud, faites confiance au Borsao Seleccion Campo de Borja, un rouge espagnol fait de grenache, tempranillo et cabernet sauvignon. On sent un peu les plus de 14% d’alcool, mais ça demeure équilibré et facile à boire. Assez polyvalent, sauf pour les plats aux saveurs trop discrètes.

Un petit bonus pour terminer ce billet. Cette cuvée Terres de Méditerranée des Dupéré Barrera me fait rêver d’un paysage de garrigues au beau soleil de Provence. Avec une assiette de saucisses grillées aux herbes de là-bas, on peut presque oublier l’hiver !

À la bonne vôtre !

Alain P.

<< Article précédent  – Combien de temps conserver un champagne?

mardi 26 janvier 2016

Combien de temps conserver un champagne?

Combien de temps peut-on conserver une bouteille de champagne avant de la boire? Autrement dit, les champagnes sont-ils des vins de longue garde? C’est une autre des questions qui sont fréquemment posées à tous ceux qui écrivent sur les vins et il est bien sûr impossible d’y répondre avec un simple chiffre. Mais la réponse « ça dépend », si elle est parfaitement vraie, n’en est pas moins peu utile. Voici donc quelques explications pour guider vos décisions.

Tout d’abord, rappelons qu’un champagne est aussi un vin, donc plusieurs éléments mentionnés dans notre billet «Toujours meilleurs, les vieux vins? Non, c’est un mythe… » s’appliquent aussi, sauf pour ce qui est spécifique aux vins rouges naturellement.


Par contre, il faut reconnaître que les champagnes sont mieux protégés de l’oxydation que les vins tranquilles. En effet, une bouteille de champagne a forcément un bouchon très hermétique pour résister à la pression et elle contient du CO2, qui n’est pas un gaz oxydant. Mais, selon mon expérience, quand le bouchon devient moins étanche, la bouteille perd son pétillant et le vin s’oxyde progressivement.

Un champagne s’améliore-t-il en vieillissant?

Pour les champagnes non millésimés, ce n’est pas vraiment le cas, car une telle cuvée est un assemblage de vins de plusieurs années antérieures, ce qu’on appelle des vins « de réserve ». Ceux-ci ont déjà effectué un bon vieillissement en cave et le maître de chai champenois a choisi les pourcentages pour atteindre un savant équilibre au moment de la commercialisation. Une évolution un peu trop longue peut briser cet équilibre et si votre champagne ne devient pas vraiment mauvais, il ne sera pas non plus supérieur à sa version jeune.

Par contre, les cuvées millésimées représentent souvent de bons vins de garde, à condition bien sûr d’être conservées dans de très bonnes conditions. Comme nous l’avons vu plus haut, l’étanchéité du bouchon est capitale pour la conservation. Une humidité suffisante et l’absence de vibrations sont absolument nécessaires.

Donc, en résumé, les cuvées classiques non millésimées sont à boire plutôt rapidement, mais pourront être conservées de 3 à 5 ans sans trop de problème.

Les champagnes millésimés peuvent être bus maintenant ou conservés jusqu’à 10 ans, 20 ans, ou parfois plus, à condition d’avoir une très bonne cave et d’accepter le risque que le bouchon n’ait pas supporté ce grand âge.

À titre d’exemple, mon père, dont je vous ai parlé dans un billet précédent, avait conservé trois bouteilles de champagne de mon année de naissance. Il les a ouvertes quand j’ai eu 40 ans. Deux étaient imbuvables, mais la troisième avait bien survécu. En toute sincérité, je ne peux vous assurer si le grand plaisir de la boire fut lié au bonheur de mon père, vraiment contagieux, ou aux qualités intrinsèques de ce très vieux champagne. Un de mes regrets est de ne pas avoir pensé à photographier la bouteille, mais encore plus de ne pas avoir immortalisé le sourire de mon père.

À la bonne vôtre !

Alain P.

lundi 25 janvier 2016

Bo Bonhomme – Importation Privée de la semaine

Oui, on est encore dans les vins espagnols. Comme c’est la semaine du salon Millésime Bio, à Montpellier, auquel nous espérons bien assister un jour, nous avons sélectionné une cuvée bio découverte à la Grande Dégustation de Montréal en Novembre dernier. C’est le dernier-né de la fameuse vigneronne québéco-espagnole Nathalie Bonhomme. Pour ceux qui ne la connaissent pas, je vous recommande cet article de Marie-Claude Lortie paru dans le journal La Presse il y a quelques jours.

La cuvée Bo Bonhomme est produite par la Bodegas Juan Gil pour les vins Bonhomme, à partir de 100 % de cépage monastrell cultivé dans l’appellation Jumilla. Ma note de dégustation indique un nez plutôt discret, mais une bouche généreuse de fruits noirs, des tanins un tantinet anguleux mais qui ne gâtent pas le plaisir de ce que je qualifiais de bouteille parfaite pour accompagner une pizza à la saucisse italienne !

L’étiquette est dans la même lignée que celle du El Bonhomme et est très réussie. Oui, le plus important est le contenu de la bouteille, mais je fais partie des clients qui apprécient le design. Certains vignerons français devraient d’ailleurs songer à investir plus dans cet aspect, un visuel tristounet étant un réel handicap commercial.

Surveillez le site Web de l’agence Importation Épicurienne pour savoir quand ce vin sera disponible. On l'annonce pour fin janvier, donc bientôt...

À La bonne vôtre !

Alain P.

Fiche du Bo Bonhomme  sur le site HippoVino ($$ 16.55 $) avec liens vers le site du producteur, la fiche technique et l’agence.

Notre importation privée de la semaine précédente : Viñatigo Marmajuelo, un vin recommandé par Sébastien Muniz


vendredi 22 janvier 2016

Meilleurs vins blancs à moins de 15 $, mon Top 10 avec deux rosés aussi

Quels sont les meilleurs vins à moins de 15 $ à la SAQ, c’est une question qu’on pose très souvent à quiconque écrit sur le sujet. Ce fameux 15 $ serait donc un chiffre magique qui représente une frontière infranchissable pour de nombreuses personnes. Ou alors, c’est parce qu’au-delà de ce montant, beaucoup de consommateurs savent qu’ils peuvent trouver plus facilement de bonnes bouteilles. Ou peut-être un peu des deux !

De toute façon, et après avoir publié un billet sur mes meilleurs choix à moins de 10 $, je me lance dans les suggestions entre 10 et 15 dollars. Commençons aujourd’hui avec un Top 10 des blancs et rosés. Notez que la sélection est basée sur mes goûts personnels et non un classement défini par les notes. Comme je l’avais expliqué dans mon billet sur l’Hipponote, je vois la note comme un indicateur de catégorie de qualité et non comme un étalon de valeur précis au dixième de point. En cliquant sur le nom de chaque vin, vous accéderez à sa fiche et pourrez découvrir son Hipponote et les autres critiques qui en ont parlé. Vous pourrez ainsi vous en faire une idée plus complète du contenu de chaque bouteille.

Selon moi, le meilleur vin de cette catégorie vient d’une cave coopérative du Sud-Ouest de la France, Plaimont : Les Vignes Retrouvées, un vin d’appellation AOC Saint-Mont. Des cépages locaux, un blanc sec mais pimpant avec de belles notes fruitées, impeccable.

J’aime aussi les 3 Grappes Blanches de la Chevalière, de la maison Laroche. Un assemblage qui contient du terret, un cépage local du Languedoc.

Dans les vins qui sont d’une constance incroyable depuis de nombreuses années, le Vina Sol de la maison Torres, le Chenin blanc de Robertson Winery  et le Sauvignon Blanc Les Jamelles m’épatent toujours. Je me dis bien qu’une fois je serai un peu déçu, mais non, ce jour-là n’est pas encore arrivé !

On ne peut pas parler de bons vins à petit prix sans mentionner le Portugal. Mon blanc préféré de ce pays est le Quinta da Ponte Pedrinha, mais malheureusement il n’en reste plus en ce moment. Dans ce cas-là, je choisis l’Adega de Pegões, très bon lui aussi.

J’ai découvert cette année un blanc italien très abordable et tout aussi agréable, le Pinot Grigio de Barone Montalto en provenance de Sicile, super pour l’apéro.

J’ai aussi un faible pour un vin du Québec, le Seyval blanc du Vignoble le Marathonien, la cuvée que j’utilise toujours pour faire découvrir les vins d’ici à mes visiteurs européens.

En termes d’accords mets-vins, tous les vins de cette liste se boivent très bien tous seuls ou avec des bouchées apéritives et ils accompagnent bien poissons, crevettes et produits de la mer en général. Ils vont aussi avec les quiches ou salades mais sont à éviter avec des huîtres, qui demandent des vins plus secs,  ou les cuisines épicées, qui demandent des blancs plus aromatiques.

Deux rosés maintenant, le Listel Gris, un petit vin sec très léger fait de grenache gris, parfait avec des mets vietnamiens, et le Rosé des Cévennes du Domaine de Gournier, plus vif et fruité, qui est étonnamment polyvalent.

Voilà pour le Top 10 mais un petit bonus pour finir : un blanc espagnol qui a longtemps été mon chouchou dans cette zone de prix, avant de franchir la limite fatidique pour se détailler à 15.60 $. Le Genoli Viura de la maison Ijalba est vraiment très bon, beaucoup d’élégance et de raffinement dans cette cuvée, qui demeure un excellent rapport qualité-prix. Mêmes accords que pour les blancs précédents.

On vous revient bientôt avec un Top 10 des rouges à moins de 15 $.

À la bonne vôtre !

Alain P.


mardi 19 janvier 2016

Vins : la cuvée David Bowie, un objet de culte en devenir, ou pas…

[Mise à jour : 10-01-2017] Avec le décès de ce génial artiste, qui accédait déjà au statut de vedette mythique de son vivant, il faut s’attendre à ce que tous les produits étiquetés Bowie deviennent des objets de collection, voire même de culte. Or, il existe des vins « David Bowie », d’où cet article.

Rappelons d’abord l’histoire de cette désormais fameuse cuvée. Contrairement à plusieurs artistes qui investissent dans des domaines viticoles, M. Bowie a simplement prêté son nom et ses talents artistiques à une opération de charité, baptisée Whatever it Takes. Cette opération fut organisée en 2013 par 21st Century Leaders, un organisme qui effectue des levées de fonds au bénéfice de causes humanitaires et environnementales, en utilisant les noms de grandes célébrités mondiales.

Crédit Photo Bodega Vicente Gandia
Les vins ont été produits par Bodegas Vicente Gandia, un des 15 plus grands producteurs espagnols, situé à Valence, mais qui produit des vins dans plusieurs régions de la péninsule ibérique. C’est notamment le producteur du Hoya de Cadenas et des vins El Miracle et Castillo de Liria. Six vins ont été produits durant l’opération de 2013, un cabernet-sauvignon au nom de George Clooney, un tempranillo à celui de Pierce Brosnan, un rosé (fait de bobal et shiraz) au nom du groupe ColdPlay, un blanc de verdejo et sauvignon blanc au nom de Penelope Cruz ainsi qu’un cava brut à celui de Charlize Theron.

Le sixième de la liste est le shiraz, cuvée David Bowie. Les étiquettes de chaque cuvée sont personnalisées et pour chacune on mentionne « artwork donated by » le nom de la vedette.  Sur le site de Vicente Gandia, on précisait (janvier 2017 : la page est retirée) : les célébrités de divers domaines offrent 30 minutes de leur temps pour concevoir un symbole d’espoir, pour dessiner un petit auto-portrait et écrire un message d’espoir pour le futur. Aujourd’hui, le site de Vicente Gandia mentionne seulement 4 cuvées, Penelope Cruz, George Clooney, Pierce Brosnan et Charlize Theron.

Capture d'écran : site Vicente Gandia

Les 6 bouteilles semblaient encore achetables en Europe sur le site de vente en ligne espagnol Vinum Populus en 2016, la cuvée David Bowie étant affichée 7,74 euros, dont 1 euro devait être remis à Whatever it takes pour lutter contre la pauvreté infantile. Le site n’a jamais répondu à mon courriel demandant si le vin était encore disponible et le vin n'est plus listé en janvier 2017.

Faut-il s’attendre à ce que la valeur de ces bouteilles explose dans les prochains jours/semaines/mois/années? Il est fort probable qu’on en retrouve sur les sites de ventes aux enchères à court et moyen terme mais il est bien difficile de faire des prévisions sur les chiffres, puisque les valeurs obtenues dépendent de l’équilibre entre offre et demande. Or, on ne sait pas combien de bouteilles ont été vendues, combien sont encore disponibles ni si ce sera une icône recherchée avidement par les fans. Une histoire à suivre, si vous êtes passionné de Ziggy Stardust.

Deux derniers commentaires.

Je n’ai pas trouvé de critique de ce vin et je ne l’ai pas goûté, je ne peux donc pas vous en parler précisément. En termes généraux, Vicente Gandia produit habituellement des vins de qualité, mais ne vous attendez pas à une cuvée exceptionnelle à ce prix.

Pour le Québec, ce vin n’est pas importé, ni par la SAQ, ni par une agence d’importation privée. Le seul moyen de se le procurer est donc en passant par le processus de commandes privées que nous avions expliqué dans ce billet : Commandes et importations privées, dernier volet sur le commerce du vin au Québec. Rappelons que vous devez faire une commande minimale de 150 $.

À la bonne vôtre !

Alain P.

lundi 18 janvier 2016

Viñatigo Marmajuelo – Importation Privée de la semaine, un vin recommandé par Sébastien Muniz

Le Viñatigo Marmajuelo  est notre importation privée de la semaine et ce vin blanc très original a été recommandé par Sébastien Muniz, des restaurants Mesón et Tapeo, à Montréal, avec qui nous avions échangé dans ce billet précédent.

Photo Sébastien Muniz
La Bodegas Viñatigo est située aux Iles Canaries et a été fondée en 1990 par Juan Jesús Méndez, qui est lui-même originaire de Tenerife. La passion de Juan pour sa patrie l’a conduit à travailler avec les cépages locaux, dont le malvoisie et de nombreux cépages autochtones. Toutes les vignes sont plantées de ceps francs de pied, c’est-à-dire non greffés. Les vins des Iles Canaries sont également remarquables en raison de leur terroir, autant pour ses sols, constitués de sables et terres volcaniques très riches en minéraux, que pour le climat influencé par l’océan et le relief montagneux des volcans.

La cuvée Viñatigo Marmajuelo est produite à partir du cépage marmajuelo, vinifié en cuves inox. Selon Sébastien, c’est «Un blanc extraordinaire fait avec soin dans un terroir qui prend de plus en plus de place ;) ». Il est importé par l’agence Passion Gourmet.

Merci Sébastien pour cette belle découverte et au plaisir de te revoir dans nos pages le mois prochain, avec une nouvelle suggestion originale.

À La bonne vôtre !

HippoVino

Fiche du Viñatigo Marmajuelo  sur le site HippoVino avec liens vers le site du producteur, la fiche technique, les critiques et l’agence.

Le compte Twitter de Bodegas Viñatigo.

Notre importation privée de la semaine précédente : Teorema Calatayud Garnacha.


<< Article précédent  – Rabais SAQ de janvier, nos recommandations

jeudi 14 janvier 2016

Rabais SAQ de janvier, nos recommandations

Du 14 au 31 janvier 2016, la SAQ offre des rabais ou des points bonis sur pas moins de 66 produits différents. Voici quelques vins qui, selon nous, sont les meilleurs achats pour cette grande réduction.

En fait, ces vins sont à recommander en tout temps, même à leur prix habituel, donc vous pourrez continuer à en acheter en février ou plus tard. Mais si vous procédez avant le 31, vous économiserez de quoi gâter davantage votre douce moitié pour la Saint-Valentin, eh oui, c’est dans un mois !

Dans les vins blancs, le Pinot blanc Willm Réserve est un excellent vin d’apéritif, frais et léger, qui peut accompagner toutes sortes de bouchées  et de plats différents. Nous en avions d’ailleurs suggérés quelques-uns dans notre billet sur le Pinot Blanc.

Dans les rouges à petit prix Le Meia Encosta Dão est un vin du Portugal dans le genre tout simple mais bien fait et qui se boit tout seul. Avec un burger-frites ou une assiette de saucisses, il fera bien des heureux autour de la table.

Le Michele Chiarlo Le Orme est un Barbera d'Asti toujours réussi, vraiment parfait pour les amateurs de vin rouge à l’apéritif ou pour tenir compagnie à une escalope de veau. Très polyvalent, c’est un bon choix pour les restaurants Apportez votre vin.

Revenons au Portugal avec le Periquita Reserva, produit par la grande maison de portos José Maria da Fonseca. C’est un rouge moderne, chaleureux, assez corsé mais surtout très fruité, avec un peu de sucre résiduel mais qui reste bien équilibré et se comporte à merveille avec une cuisine généreuse, comme un jarret d’agneau braisé par exemple.

La Cuvée Impatience du Château du Grand Caumont est un superbe rouge du Languedoc, qui prouve qu’on peut produire de très bons vins dans les Corbières, une région autrefois peu réputée. Je l’ai découvert durant les fêtes (Merci Michel) et j’ai été séduit par son équilibre et son élégance, avec de belles notes de fruits et un côté un peu épicé. Il est dans nos vins de la semaine sur HippoVino Hebdo et on peut le servir avec des viandes rouges grillées, braisées et presque toutes les cuisines mijotées.

J’ai été agréablement surpris de trouver dans cette liste de rabais le Chianti Classico Pèppoli de la célèbre maison Antinori. L’assemblage d’un peu de merlot et de syrah avec le cépage sangiovese donne un rouge solide mais très séduisant qui fait des merveilles avec un carré d’agneau ou un steak au poivre, par exemple.

Quelques autres belles bouteilles en promotion qui méritent de s’ajouter à cette liste :


À la bonne vôtre !

Alain P.

Cliquez sur les noms des vins pour accéder aux fiches HippoVino avec les liens vers les critiques, les producteurs, les agences et le site de la SAQ.


mardi 12 janvier 2016

Teorema Calatayud Garnacha – Importation Privée de la semaine

Après une brève pause pour la période des Fêtes, nous voici de retour avec notre importation privée de la semaine.

Celle-ci nous vient d’Espagne, plus précisément de l’appellation Calatayud en Aragon. Bodegas y Viñedos del Jalón est un des plus grands producteurs de la région, un regroupement de trois Bodegas créé en 1999. Le but était alors de permettre la production de vins de haute qualité, compétitifs sur les marchés d’exportation et on peut maintenant affirmer que cet objectif est atteint.

Mon premier achat de ce vin remonte à une visite à New-York il y a quelques années. J’avais été attiré par l’originalité de l’étiquette qui évoque une forme à la fois géométrique et ésotérique. Selon le producteur, c’est une référence au mélange des cultures arabe et chrétienne, qui est à l’origine de cette région. Je l’ai ensuite bu à quelques reprises dans des restaurants et, sans être un grand vin, il me séduit toujours par ses qualités de « vin de repas » bien fait, avec une touche d’originalité.

Le Teorema est produit avec de vieilles vignes de grenache noir de plus de 40 ans, plantées à une altitude variant entre 600 et 1000m. L’élevage en barriques de chêne est bref, seulement 4 mois, mais c’est assez pour assouplir les tanins tout en conservant un petit côté rustique que j’aime bien.

Avec une assiette de boudin noir, il est à son meilleur mais il accompagne aussi avec aisance toutes les viandes grillées légèrement épicées. C’est une importation privée de l’agence Société de Vins Fins.

À la bonne vôtre !

Alain P.

Fiche du Teorema Calatayud Garnacha sur HippoVino (Hipponote 3* $$) avec liens vers critiques, fiche descriptive, producteur et agence.

Le producteur est sur Twitter : @bodegasjalon et aussi sur Facebook : Bodegas y Viñedos del Jalón SA.

Notre précédente importation privée de la semaine : Ferrer Ribière Grenache Gris Empreinte du temps.


lundi 11 janvier 2016

Trois vins rouges à moins de 10$ pour commencer 2016 en mode économies !

[Mise à jour 27-02-2017] Après les excès des fêtes de fin d’année, c’est le moment de resserrer un peu les cordons de la bourse pour passer en mode économie. Par contre, dans mon cas, il n’est pas question de boire de la piquette pour autant. Sans être un maniaque des grands vins, mes critères de qualité minimale sont exigeants. Dans les 30 bouteilles (de 750 ml) à moins de 10 $ qu’on pouvait trouver à la SAQ au moment d'écrire ce billet en janvier 2016, seulement trois me paraissaient convenables. Avec les baisses de prix effectuées fin 2016 et début 2017, ils coûtent maintenant moins de 9 $, un beau progrès pour les consommateurs.


À mon avis, le meilleur est clairement le Sonovino Terre Siciliane, un assemblage des cépages Nero d’Avola et Shiraz en provenance de Sicile. Un rouge souple et facile à boire mais avec un beau fruité et plus de richesse de saveurs que tous ses concurrents dans cette gamme de prix. Un bon vin d’apéro mais il est aussi très polyvalent à table.

Lorsque je veux un rouge plus costaud, je me tourne vers le Tocado, un vin espagnol de Campo de Borja fait de grenache, avec un peu de cabernet-sauvignon et de tempranillo. Même si c’est leur cuvée la plus économique, elle a la touche de la maison Borsao, qui produit de très bons grenaches avec une vision moderne. C’est un rouge corsé avec un côté un peu alcooleux, mais qui reste équilibré et parfait pour accompagner les cuisines épicées, comme un chili con carne par exemple. 

Pour un vin tout en souplesse et qui se laisse boire tout seul, je vous recommande le Castillo de Liria, un assemblage des cépages bobal et shiraz produit en appellation Valencia, par la maison du célèbre vigneron Vicente Gandia. C’est un rouge vraiment tout simple, pas de quoi écrire une longue note de dégustation, mais il n’y a pas de défaut non plus, rien qui accroche en bouche. Pour aller avec un pâté chinois ou les restes de jambon, c’est tout indiqué.

Si vous êtes prêts à dépenser un peu plus, les choix sont plus nombreux, on vous revient sous peu avec un billet sur les blancs et rosés, puis un autre sur les rouges.

À la bonne vôtre !

Alain P.


Fiche du Tocado Campo de Borja sur Hippovino (Hipponote 2* $ SAQ : 8.75$)


Les fiches ci-dessus contiennent nos liens habituels (vers les critiques, la SAQ, les sites du producteur et de l’agence ainsi que la fiche technique).

mardi 5 janvier 2016

Rétrospective : articles les plus populaires au dernier trimestre 2015

Pour continuer une tradition mais surtout pour vous permettre de découvrir certains articles que vous avez manqués, voici notre palmarès des10 billets les plus lus sur notre blogue d’octobre à décembre 2015, en commençant par le plus populaire.

  1. Pourquoi château dans les noms de vin?
  2. Les vins pour fêter de Frédéric Arnould (du blogue Tout sur le vin)
  3. Qualité-prix : les vins blancs espagnols font merveille !
  4. Les vins rouges de Palacios Remondo, viva España !
  5. Circulaire SAQ une saison qui inspire, suggestions Hippovino
  6. Beaujolais nouveau, le vin anti-snob par excellence
  7. Trio de vins blancs originaux
  8. Questions sur le vin les plus demandées à Google
  9. La Fête des vins du Québec célèbre son 10e millésime !
  10. L’acidité dans le vin, l’importance de l’équilibre


Et je me permets de vous signaler le onzième, qui est un billet qui me tient à cœur tout particulièrement :


Merci et bravo à Frédéric Arnould pour son billet de blogueur invité qui s’est classé deuxième à ce palmarès et un grand merci à vous chers lecteurs passionnés de vins, sans qui nous ne serions plus là depuis longtemps alors que cet article est notre 206ème publication.

Il est intéressant de constater que nos articles les plus lus contiennent à la fois des suggestions de vin et  d’autre à vocation informative. Nous prévoyons donc continuer avec le même mix éditorial pour 2016. Si vous avez des suggestions ou des sujets qui vous intéressent particulièrement, n’hésitez pas à nous en faire part via les commentaires du blogue, les médias sociaux ou par courriel.

Pour recevoir le meilleur du blogue et du site chaque mercredi, faites comme de nombreux amateurs de vin, des professionnels autant que des néophytes, et abonnez-vous à HippoVino Hebdo, c’est gratuit !

À la bonne vôtre !

Alain P.


<< Article précédent – Bonne et heureuse année 2016 !

samedi 2 janvier 2016

Bonne et heureuse année 2016 !

De la part de l’équipe HippoVino, tous nos meilleurs souhaits pour une bonne et heureuse année 2016, remplie de merveilleux moments et accompagnée de tout plein d’excellents vins.


Ce début d’année est un bon moment pour dire un grand merci à vous chers lecteurs pour être fidèles et toujours plus nombreux ainsi que pour votre engagement sur les réseaux sociaux. C’est grâce à vos encouragements et c’est pour vous que nous allons continuer à développer le site Hippovino.com, à publier ce blogue et notre infolettre HippoVino Hebdo. Nous allons bien sûr poursuivre notre travail sur Twitter, Facebook, Pinterest et nous aurons l’occasion d’annoncer plusieurs nouveautés tout au long de 2016.

Encore une fois, bonne année 2016 et à la bonne vôtre !

HippoVino

<< Article précédent –  Des bulles pour le réveillon, Champagne !