mardi 28 février 2017

HippoVinoPedia : nouvelle section du site HippoVino

Nos lecteurs les plus fidèles ont sans doute remarqué l’apparition de la section HippoVinoPedia sur notre site Web. Comme son nom l’indique, celle-ci est destinée à devenir une mini-encyclopédie en ligne sur le monde du vin.

Pour commencer, notre priorité est de publier des définitions pour les termes du vocabulaire utilisé dans ce milieu. En effet, la plupart des mots du vin ne figurent pas dans les dictionnaires courants. Pour les novices, ceci complique beaucoup la compréhension des articles sur le vin.  Cela contribue également à développer une image élitiste et snob de notre boisson préférée, alors que pour nous le vin est un élément de convivialité. Nos définitions sont écrites dans un langage simple et contiennent des liens pour inciter nos lecteurs à poursuivre la découverte.

Nous ajoutons de nouveaux mots plusieurs fois par semaine, mais vous pouvez déjà découvrir les significations des mots suivants :


Amis blogueurs, n’hésitez pas à placer des liens vers ces définitions dans vos textes, afin de faciliter la vie à vos lecteurs novices.

L’encyclopédie du vin HippoVinoPedia contiendra également d’autres types de contenus dans le futur. N’hésitez pas à nous écrire pour nous faire part de ce que vous aimeriez y trouver.

Bonne lecture et à la bonne vôtre !

L’équipe HippoVino

<< Article précédent  –  Chablis, grands vins blancs de Bourgogne

jeudi 23 février 2017

Chablis, grands vins blancs de Bourgogne

Ce sont probablement les vins blancs de Bourgogne les plus connus dans le monde. Il faut dire que le vignoble compte aujourd’hui près de 5 000 hectares et compte 7 climats classés en grands crus (en Bourgogne les terroirs sont appelés climats) et 40 en premiers crus. Les Chablis étaient déjà renommés et exportés au Moyen-Âge mais la crise du phylloxéra et les deux guerres mondiales ont ruiné la région. Depuis les années 1960, les grands vins et la prospérité sont de retour.

Les Chablis sont exclusivement des vins blancs produits avec du chardonnay(*). Leurs saveurs sont caractéristiques car ce sont presque toujours des vins bien secs et très frais avec des notes minérales marquées, des saveurs quasiment salées. On recommande donc fréquemment de les servir en accompagnement des fruits de mer.

On trouve 61 Chablis différents sur les tablettes de la SAQ. Certains sont des Chablis « génériques » qui peuvent provenir de partout dans la zone d’appellation.

Un exemple est le Chablis Drouhin Vaudon, produit par la grande maison de négoce Joseph Drouhin. Cette cuvée provient de vignes appartenant à la famille Drouhin ainsi que de raisins et moûts achetés à d’autres vignerons de la région, le tout étant élevé entièrement en cuves inox. La cuvée 2015 est très réussie avec le côté sec et les notes minérales typiques, mais aussi de belles saveurs d’agrumes. Un vin à boire dès maintenant et qui accompagne bien une assiette de poisson ou des pétoncles poêlés.

Le Chablis Les Allées du Domaine provient du Domaine d’Henri, un petit vignoble appartenant à la famille Laroche. Le père, Michel, est bien connu dans la région pour avoir longtemps géré le Domaine Laroche avant de le revendre au groupe Advini. Il s’occupe maintenant des vignes héritées de ses parents (son père est le Henri qui a donné son nom au domaine) où il produit ses propres vins depuis le millésime 2012. La cuvée Chablis Les Allées du Domaine est un blanc qui se veut sans prétention mais est fort bien réalisé. J’ai bien aimé le millésime 2014 (merci au Henri qui m’a offert ce vin, sans rapport avec le domaine, sauf pour le nom). À l’ouverture de la bouteille, il semblait déséquilibré, mais un peu d’aération l’a ramené dans le droit chemin. Il est plus fruité et plus énergique que le Drouhin, et la belle finale sur des notes minérales évoque un premier cru. Il était très bon avec un plat de saumon grillé. On peut le boire maintenant mais il sera probablement à son meilleur dans 2 à 3 ans.


Au sommet de l’appellation, on trouve les grands crus. J’ai récemment pu boire un William Fèvre Chablis Grand Cru Bougros de 2001 (merci beaucoup Daniel pour cette superbe bouteille) et j’ai été soufflé par la fraîcheur de cette cuvée de 16 ans, d’une année réputée moyenne. Les vignes sont situées sur le climat Bougros, à l’extrémité nord-ouest de la colline des Grands Crus chablisiens. Le vin a un élevage de près de 15 mois, dont 5 à 6 mois en fût de chêne pour la moitié de la cuvée, tout le reste se faisant en cuves inox. Ce 2001 était très élégant, s’exprimant sur la finesse plutôt que sur la puissance, avec des notes de fleurs et de fruits blancs et une finale minérale longue et aérienne. Le plus récent millésime vendu à la SAQ était le 2010, actuellement épuisé. Sachez que les critiques ont été excellentes pour les 2012 et 2014, et ils pourront dormir un bon moment dans votre cave. William Fèvre produit également un Chablis Grand Cru Bougros Côte Bouguerots, provenant de vignes situées sur le coteau le plus prisé de l’appellation, parfois disponible en SAQ Signature.

À la bonne vôtre !

Alain P.

(*) Si vous pensez que tous les vins blancs de Bourgogne sont faits de chardonnay, détrompez-vous. C’est certes la majorité, mais on y cultive aussi de l’aligoté et même du sauvignon dans le petit village de Saint-Bris.

Pour plus de détails sur chacun de ces vins, cliquez sur son nom afin d’accéder à sa fiche avec les informations générales et les liens vers critiques, fiche technique, producteur, agence et site SAQ.

Joseph Drouhin Chablis Drouhin Vaudon (Hipponote 3* $$$ SAQ : 23.80 $)


William Fèvre Chablis Grand Cru Bougros (Hipponote 4.5* $$$$$ SAQ : 71.75 $ - épuisé)

<< Article précédent  –  L’importance des verres à vin

lundi 20 février 2017

L’importance des verres à vin

[Mise à jour 24-03-2017] Qui n’est pas étonné par la sélection incroyable de verres à vin disponibles aujourd’hui? De plus, vous aurez certainement remarqué que les vendeurs de coupes nous proposent des modèles différents pour le blanc ou le rouge, voire même pour les différents types de chacun de ces vins. Alors, le choix du verre est-il important pour apprécier un vin?

Collection Riedel Superleggero (sur le site Riedel.com)

Pour faire une réponse courte, oui, le modèle de verre va influencer votre expérience et votre appréciation du vin, mais le niveau d’importance dépend de la catégorie du vin et de vos qualités de dégustateur. Je résume souvent ma vision par la phrase suivante : j’aime mieux boire un bon vin dans un verre à moutarde, que de la piquette dans un Riedel.

Ceci étant dit, regardons ça de plus près. Commençons par une évidence, hélas pas toujours rencontrée : le verre doit être propre, sans odeur et sans impact sur les saveurs. Dans un verre sale ou avec des traces de savon à vaisselle, n’importe quel vin aura un drôle de goût.

Deuxième point : si vous souhaitez pratiquer la dégustation, il vous faut impérativement un verre adapté. Ceci signifie une coupe avec un volume suffisant pour que les arômes puissent se développer, une forme qui se referme légèrement dans le haut et une bordure fine. Idéalement, vous utiliserez toujours le même modèle de verre pour mieux comparer les vins. Pour pratiquer sérieusement, investissez dans des Riedel.

Les verres pour la dégustation décrits plus haut sont aussi les meilleurs pour le service du vin en général. Si vous servez des grands crus à vos invités, utilisez des coupes à dégustation pour qu’ils puissent bien percevoir les nuances d’arômes et de saveurs.

Les verres adaptés à un type de vin particulier sont calibrés pour ses arômes typiques. Ils permettront de les distinguer plus nettement. Par contre, acquérir une telle verrerie est un investissement important, demande un bon espace de rangement et la différence ne sera perceptible que pour de très grands vins et de fins dégustateurs. Si vous avez le budget pour les grands vins et les verres adaptés, gâtez-vous. Sinon, utiliser un seul modèle de verre et garder son argent pour acheter de meilleurs vins est à mon sens une stratégie gagnante.

Lorsque vous servez des vins courants, n’importe quelle coupe propre peut faire le travail. Les grands magasins offrent tous des versions économiques inspirées des coupes à dégustation des marques de prestige. Évitez les modèles très grands ou très petits, la coupe « à vin blanc » est adéquate pour servir blanc, rosé, rouge et même les vins effervescents.

À la bonne vôtre !

Alain P.

P.S. Je n'ai aucun lien avec la marque Riedel et je ne prétends pas que ses produits soient uniques ou les meilleurs, mais c'est une référence indiscutable dans le domaine, tout simplement.

[Mise à jour 24-03-2017] Le journaliste de Vin Québec a fait cette expérience qui prouve qu’un verre peut amplifier certains traits moins agréables d’un vin.

<< Article précédent  –  Deux bons vins rouges pour le week-end

vendredi 17 février 2017

Deux bons vins rouges pour le week-end

Quand la fin de la semaine arrive, on a hâte de décompresser et de se gâter un peu. Selon un sondage IFOP, 86 % des Français pensent que le vin permet de passer un bon moment et 69% qu’il rend le quotidien plus agréable. Je crois que je ne suis pas le seul au Québec à penser la même chose…

Voici donc deux bons vins rouges pour agrémenter votre quotidien du week-end.

Commençons par un vin des Côtes de Provence, le genre de cuvée qui évoque le chant des cigales et vous met un sourire sur les lèvres. Le Domaine du Clos de la Procure appartient au couple Emmanuelle Dupéré - Laurent Barrera. Emmanuelle est d’origine québécoise et c’est pour ça qu’il y a un orignal sur l’étiquette. Au-delà de la parenté, les Dupéré-Barrera sont renommés pour la qualité de leurs vins. Si leurs cuvées de négoce (produites avec des raisins achetés d’autres viticulteurs) sont fort agréables, le produit de leur propre vignoble est tout aussi remarquable. Le Clos de la Procure est un rouge charnu, généreux avec un bon fruité qui fait merveille avec des jarrets d’agneau braisés. Il peut se garder en cave 3 à 5 ans sans problème et demande à être aéré avant le service.

Si vous ne voulez pas attendre mais quand même boire un vin de 12 ans d’âge, profitez du rabais sur le Château Simard 2005, un Saint-Émilion. À l’époque de son projet de vente de vin à l’exportation, la SAQ avait conclu une entente pour acheter 600 000 bouteilles de divers millésimes de ce vin. Après l’échec du projet, ces bouteilles sont écoulées par notre monopole en offrant des rabais quelques fois par année. Vous lirez peut-être des commentaires négatifs sur ce vin, car plusieurs des vieux millésimes (1991 à 2001) étaient plutôt fatigués et de nombreuses bouteilles étaient défectueuses. Mais 2005 était une grande année à Bordeaux et le Château Simard 2005 que j’ai bu était encore fringant et fort bon. Les arômes tertiaires commencent à se montrer et les tanins sont arrondis, mais il reste de la structure et du fruité. Bref, c’est une excellente façon de découvrir ce qu’est un Bordeaux de 12 ans d’âge, sans avoir à le laisser attendre dans votre cave. Le boire avec des viandes rouges et l’aérer un peu avant le service.

À la bonne vôtre !

Alain P.

<< Article précédent  –  Des bulles pour la St-Valentin !


>> Article suivant –  L’importance des verres à vin

lundi 13 février 2017

Des bulles pour la St-Valentin !

C’est jour J-1 pour la fête de Cupidon et c’est le moment de vous assurer que vous n’avez rien oublié. Dans la série « cela fait toujours plaisir », les bulles ! Voici donc une petite sélection de vins effervescents offerts à différents budgets, pour faire plaisir à l’amour de votre vie.

La Blanquette de Limoux est le vin effervescent du Languedoc qui se targue d’avoir inspiré le moine champenois Dom Pérignon. Malheureusement, le grand érudit en matière de bulles qu’est le sommelier et auteur Guénaël Revel a utilisé son expérience d’historien pour creuser le sujet et il semble que ce soit une légende. Même une fois le mythe déboulonné, il reste qu’on trouve de fort bonnes bulles à bon prix dans l’appellation Blanquette de Limoux. Un bon exemple, la cuvée Première Bulle de la cave coopérative Sieur d’Arques. Fait à 90% du cépage mauzac, comme le requière cette appellation, on y trouve aussi un peu de chardonnay et de chenin blanc. Cela permet d’enrichir un peu les saveurs, mais cela reste un bon mousseux d’apéro, dans le registre joyeusement pétillant, simple et classique. Pour seulement 18.40 $, rien à redire.

Si vous aimez les vins mousseux bien secs, bons pour l’apéro mais aussi capables d’accompagner des fruits de mer, je vous recommande le Vouvray Brut de Vincent Carême. Ce vigneron est des plus renommés dans cette appellation de Loire, autant pour ses vins blancs secs dont on avait parlé ici que pour ses mousseux, tous à base de chenin blanc. Son Vouvray Brut a reçu des éloges de nombreux critiques comme le démontre sa fiche et je vous confirme que c’est un des meilleurs mousseux de la Vallée de la Loire, rien de moins. Bien sec, énergique, avec de belles notes fruitées, des bulles très fines  et une trame minérale, son seul défaut est qu’il en reste peu à la SAQ.


Augmentons un peu le budget pour passer en mode Champagne. Dans les cuvées à prix raisonnable mais néanmoins pleines de qualités, on trouve le Drappier Carte D'Or Brut. Un assemblage classique à base de pinot noir, complété par un peu de chardonnay et de pinot meunier. C’est toujours très bien fait, avec un côté festif mais assez de profondeur pour être servi avec un repas. Il est disponible dans plus de 90 succursales et à 46.25 $, c’est un Champagne d’un excellent rapport qualité-prix.


Vous êtes prêts à casser votre tirelire pour souligner le bonheur de votre couple? Pour environ la moitié du prix d’une bouteille de Dom Pérignon, vous pouvez déboucher la cuvée Palmes d’Or Brut de la maison Nicolas Feuillatte. Je l’ai déjà qualifié de superbe Champagne, d’une longueur et d’une complexité étonnantes. Oui, c’est très cher mais c’est aussi vraiment très bon.

Bonne St-Valentin et à la bonne vôtre !

Alain P.

Pour plus de détails sur chacun de ces vins, cliquez sur son nom afin d’accéder à sa fiche avec les informations générales et les liens vers critiques, fiche technique, producteur, agence et site SAQ.

Blanquette de Limoux Sieur D'Arques Première Bulle (Hipponote 2.5* $$ SAQ : 18.40 $)

Domaine Vincent Carême Vouvray Brut (Hipponote 3.5* $$$ SAQ : 25.25 $)

Champagne Drappier Carte D'Or Brut (Hipponote 3* $$$$$ SAQ : 46.25 $)

Champagne Nicolas Feuillatte Palmes d'Or Brut (Hipponote 4.5* $$$$$ SAQ : 135.75 $)



>> Article suivant –  Deux bons vins rouges pour le week-end

jeudi 9 février 2017

Vins de Savoie, cépages originaux et belles découvertes !

On est en plein dans la saison de ski, c’est le moment idéal pour découvrir les vins alpins !

Si vous en avez assez de boire du merlot ou du chardonnay ou si vous souhaitez découvrir de nouvelles régions viticoles, essayez les vins de Savoie. Ils proviennent des Alpes françaises, principalement des départements de la Savoie et de la Haute-Savoie. On y cultive des vignes depuis l’antiquité et dès le 1er siècle après Jésus-Christ, les Allobroges, qui habitaient alors cette région, avaient découvert un nouveau cépage, le vitis allobrogica, adapté au rude climat montagnard.

Pour cette même raison, les vins de Savoie sont encore aujourd’hui produits avec des cépages originaux, qu’on trouve rarement sous d’autres cieux. D’ailleurs, je me suis souvent demandé pourquoi ils n’ont jamais été employés au Québec, mais c’est un autre sujet.

Pour les vins rouges on utilise souvent la mondeuse, un cépage noir cultivé un peu en Italie, sous le nom de refosco. Un bel exemple qu’on trouve à la SAQ est la Mondeuse du Domaine de l'Idylle, un vignoble situé dans le Parc National des Bauges, propriété de la famille Tiollier depuis 1840. Leur mondeuse est un rouge tout en fraîcheur, peu alcoolisé, que je qualifierais d’aérien, plein de belles saveurs fruitées avec des petites notes d’épices. Il est très bon avec une assiette de charcuteries ou avec une raclette, pour l’accorder avec la cuisine de la région.

Ce même domaine, dont le nom romantique en fait une cuvée parfaite pour la St-Valentin, produit aussi un vin blanc à base de jacquère, un autre cépage typiquement savoyard. Le Cruet Vieille Vigne d'Idylle est un blanc assez léger, lui aussi peu alcoolisé, avec des notes florales et des saveurs d’agrumes qui en font un excellent vin d’apéro. Il accompagne également très bien une fondue au fromage ou des plats de poisson.

Avec ce même cépage jacquère, la maison Jean Perrier et Fils dont l’histoire remonte à 1853, produit le Savoie Apremont Cuvée Gastronomie, un vin d’appellation Apremont. C’est un blanc très élégant, qui livre un bel échantillon de saveurs mais demeure tout en finesse et en retenue, avec une note minérale en finale. Si c’était une peinture, on serait dans le pointillisme, plein de petites touches précises et bien agencées. Un style de vin que j’aime beaucoup et qui s’accorde bien avec les plats de poisson ou de fruits de mer. Le millésime 2011 a figuré dans le Top 100 de Wine Spectator, ce qui prouve bien que ce magazine ne recommande pas que des vins surpuissants ou trop boisés, comme on l’écrit trop souvent.

À la bonne vôtre !

Alain P.

<< Article précédent  –  Bouchons en verre : meilleur pour le vin?

>> Article suivant –  Des bulles pour la St-Valentin !

lundi 6 février 2017

Bouchons en verre : meilleur pour le vin?

Les bouchons de liège et les capsules à vis sont les solutions les plus utilisées pour boucher les bouteilles de vin. Le choix entre les deux fait d’ailleurs l’objet d’un débat continuel dont nous avions parlé dans notre billet : « Bouchons de liège ou capsules à vis, le passé influence le présent… » où on examinait les raisons historiques qui influencent les préférences des consommateurs.

Dans les solutions de bouchage encore plus modernes, on trouve le bouchon de verre. J’en avais entendu parler mais il est encore très peu répandu. Je viens de tomber par hasard sur la première bouteille que j’ai vue ainsi bouchée.

Esthétiquement, c’est très beau. Comme pour un bouchon de liège, un capuchon plastifié recouvre le goulot de la bouteille, mais, pour laisser paraître le bouchon de verre, on utilise un film transparent quasi invisible. Une fois ce capuchon retiré, on enlève le bouchon en poussant/tirant dessus avec les doigts. Dans mon cas, c’était bien fermé et pas vraiment facile à déboucher, mais bon en forçant un peu, on y arrive. Ensuite, on peut remettre le bouchon ou le retirer autant de fois qu’on veut et c’est parfaitement hermétique.

Quand on y regarde de plus près, la partie en verre sert essentiellement aux manipulations. La fermeture est assurée par une collerette en plastique souple. Mais c’est sûrement plus vendeur de dire un bouchon de verre qu’un bouchon de plastique. Combien de temps ce plastique-là demeurera étanche? Je n’ai pas la réponse mais de toute façon, je ne suis pas sûr que ce genre de bouchage vise les cuvées de longue garde. J’avoue que la lecture de l’entrevue avec l’œnologue australien Peter Gago dont je vous avais parlé ici m’avait incité à regarder les bouchons de verre de plus près. Cette première expérience m’a montré que le look était bien réussi mais je n’ai pas eu le sentiment de découvrir le bouchon qui serait sur toutes les bouteilles de vin dans un proche avenir.

Comprenez-moi, je suis persuadé que la bouteille est bien bouchée, mais les autres solutions ont prouvé depuis longtemps qu’elles font le boulot, elles aussi. Certains râlent parce qu’elles ne sont pas fiables à 100%, mais j’ai vraiment de la difficulté à imaginer que cette petite collerette de plastique soit plus fiable qu’une capsule à vis. Le bouchon de verre est plutôt joli, mais il ne remplacera pas non plus un bouchon de liège pour les traditionalistes.

À la bonne vôtre !

Alain P.

P.S. Voir dans les commentaires plus bas les informations communiquées par la marque Vinolok qui commercialise ce type de bouchons.

vendredi 3 février 2017

Bons vins rouges pour le Super-Bowl et profiter des rabais de février !

Dimanche, c’est le Super-Bowl 2017 et les Patriots de la Nouvelle-Angleterre vont affronter les Falcons d'Atlanta. En regardant le match avec vos amis, vous allez aussi affronter la gastronomie particulière de ce genre d’événement.

Voici 4 bons vins pour accompagner vos festivités. Ils sont tous en rabais à la SAQ jusqu’au 19 février prochain, ce sera donc parfait pour en acheter les quantités voulues pour abreuver vos nombreux convives. Ces bouteilles sont aussi nos meilleurs choix pour profiter de ces rabais dans les prochaines semaines.

Si vous êtes amateurs de côtes levées, la cuvée Atteca Vieilles Vignes fera un malheur ! C’est un vin espagnol de l’appellation Calatayud en Aragon fait avec le cépage grenache. Un rouge puissant et corsé, bourré de fruits, très long en bouche et qui tiendra le coup sans faiblir avec une sauce BBQ.

Pour accompagner les ailes de poulet, un malbec argentin fera plaisir à vos invités. Le Pure Malbec de la maison Trapiche est assez corsé pour ce genre de plats mais sans le boisé de la cuvée précédente. Il réjouira une large gamme d’amateurs.

Pour les fans de la pizza, le Bersano Costalunga, un Barbera d’Asti est tout indiqué. Un bon rouge italien avec de la fraîcheur, un vrai vin de soif.

Pour un vin passe-partout qui peut bien s’adapter à un menu varié, le Cabernet de Cabernet de la maison Paul Mas est une merveille. Il allie, fraîcheur, structure, une bonne dose de fruit et il se boit tout seul. En rabais à 12.05$, vous pouvez faire des provisions !

Pour élargir vos possibilités, vous pouvez découvrir tous les vins actuellement en rabais à la SAQ qui ont des fiches HippoVino en suivant ce lien qui correspond au hashtag #RabaisSAQ sur notre site.

À la bonne vôtre !

Alain P.

<< Article précédent  –  Chandeleur : quoi boire avec les crêpes?

jeudi 2 février 2017

Chandeleur : quoi boire avec les crêpes?

Aujourd’hui 2 février, c’est le jour de la Chandeleur, la fête des chandelles mais aussi la journée des crêpes, dans les traditions françaises. Du temps des romains, c’était une fête en l’honneur du Dieu Pan. Elle a été christianisée par la suite mais pour ce qui est de la tradition des crêpes, on parle surtout d’une superstition pour favoriser la future récolte de blé.

Recette de crêpes minces du site Recettes du Québec
Si vous mangez des crêpes ce soir, quelle bouteille ouvrir pour les accompagner? Dans les habitudes bretonnes, on boit du cidre et personnellement, c’est ce que je préfère. Comme je mange des crêpes plusieurs fois par an, pas seulement à la Chandeleur, j’alterne entre cidre tranquille, comme le très bon Dégel du domaine la Face Cachée de la Pomme, et cidre mousseux comme le Mousseux Brut Du Minot ou celui des moines de Saint-Benoit du Lac, dont je vous avais parlé ici. J’ai aussi goûté récemment le Cidre mousseux d’Union Libre et il est vraiment très bon.

Si vous préférez boire du vin, ce qui m’arrive parfois, il est préférable de choisir un vin blanc ou rosé assez sec et avec de la fraîcheur. Selon ce que vous ajoutez à votre crêpe, préférez un vin plutôt léger ou un peu fruité.

Dans les blancs, je vous recommande La Vieille Ferme, produit par la Famille Perrin en appellation Lubéron. Dans le rosé, avec les crêpes salées j’aime bien celui du Domaine Houchart mais comme il en reste bien peu à la SAQ, on peut aussi choisir le Pive Gris. Pour les crêpes aux fruits, le Borsao Rosado est un meilleur complément car il amène plus de saveurs fruitées.

Bonne Chandeleur, bonnes crêpes et à la bonne vôtre !

Alain P.

<< Article précédent  –  Les vins du Québec en épicerie